Boris Becker, le roux tourne... au foot

le
0
Boris Becker, le roux tourne... au foot
Boris Becker, le roux tourne... au foot

Dans la vie, Boris Becker a trois amours : les femmes, le tennis et le football. Tout du moins, c'est ce qu'il crie haut et fort. Pour sa défense, l'ex-tennisman a figuré au board du Bayern Munich, son "club de cœur", entre 1999 et 2009. Avant de retourner sa veste bien comme il faut.

"Je suis un gros fan du Bayern, et ce, depuis des années [ ] Tous les gamins allemands, avant qu'ils ne puissent marcher ou parler, sont fans du football pratiqué par le Bayern. C'est la même chose pour moi. Avant d'être un joueur de tennis, j'étais un joueur de football – et un supporter." Ce qui pourrait ressembler à une déclaration digne d'un politicien en goguette dans une ville de foot serait en réalité un vrai cri du cœur. Celui de Boris Becker, au micro de CNN en novembre 2009. Bien qu'il soit né à Leimen, dans le Land de Bade-Wurtemberg qui abrite les équipes de Karlsruhe, Kaiserslautern, Stuttgart ou encore Ulm, le roux le plus célèbre du tennis mondial a préféré jeter son dévolu sur le club bavarois. Il faut dire qu'au moment où Becker commence à taper dans un ballon, le Bayern Munich écrase l'Europe de tout son poids (trois Coupes des champions consécutives entre 1974 et 76), voire le monde, l'équipe d'Allemagne de l'Ouest étant composée en grande partie de l'effectif bavarois, dont les héros Maier et Beckenbauer. Une telle ferveur pour le futur FC Hollywood que Becker envisagera un temps de faire carrière ballon au pied plutôt que raquette à la main. Pris à l'essai au Bayern, "Boom Boom" choisira finalement le tennis. Un choix judicieux, l'ex-joueur allemand remportant neuf Grands Chelems durant toute sa carrière, dont Wimbledon à l'âge de... 17 ans et 222 jours (record de précocité toujours en cours).

Beck(enbau)er, roi de l'incruste


Pour autant, durant une carrière de tennisman bien rempli, Boris Becker n'en a jamais oublié son amour de jeunesse. Non content de partager avec le Bayern Munich le cabinet du docteur Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt, l'ex-tennisman s'est fait une spécialité de traîner dans les présidentielles de l'Olympiastadion un maillot rouge et blanc sur les épaules. Aussi, de temps à autre, Boris Becker s'improvise compagnon de galère et de joie des joueurs du Bayern Munich. "J'étais là pour leur défaite déchirante contre Manchester United à Barcelone en finale de Ligue des champions. J'étais dans le stade et, par la suite, je suis allé retrouver les joueurs et nous avons pleuré ensemble. Deux ans plus tard, j'étais à Milan, nous avons gagné aux penaltys contre Valence et nous avons célébré cette victoire ensemble. Ce sont mes deux plus grands souvenirs avec ce club", expliquera une nouvelle fois le tennisman à CNN.…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant