Bordeaux sur le gong

le
0
Bordeaux sur le gong
Bordeaux sur le gong

Après avoir été baladés collectivement par le Stade rennais, sur la pelouse de Chaban-Delmas dimanche, les Girondins se sont imposés à l'arrache dans les arrêts de jeu d'une partie qu'ils semblaient ne pas maîtriser (2-1).

Bordeaux – Rennes : 2-1
Buts : Khazri (74e) et Th. Touré (90+3e) pour Bordeaux – Habibou (80e) pour Rennes.

Les Girondins, qui espéraient récupérer la première place du classement à la fin de la journée, n'ont pas rendu leur meilleure copie de la saison. Mais ils ont réussi. Car avec 43% de possession de balle seulement, ils se sont même fait bouger par des Bretons très entreprenants. Et si la partie, dans son ensemble, était plutôt agréable à suivre, c'est la stratégie mise en place en fin de match par les coachs respectifs qui a suscité le plus d'intérêt. Gagnante pour Willy Sagnol, presque payante pour Philippe Montanier. Wahbi Khazri et Thomas Touré ont donné une victoire étriquée aux Bordelais, quand Mahamadou Habibou entretenait l'espoir des siens...
Un dauphin qui prend l'eau
Après le résultat nul obtenu à Saint-Étienne jeudi (1-1) avec sa classe biberon, Sagnol a remis sur pied une compo plus classique. Un 4-4-2 toutefois, destiné à contrer le 4-2-3-1 de son homologue, Montanier. Bien réfléchi, mais pas suffisant puisque, hormis une banderille plantée direct par Diego Rolán (43e seconde), ce sont les Rouge et Noir qui posent des problèmes au onze aquitain. Ben ouais, du côté des visiteurs, rester sur trois matchs sans victoire, dont deux défaites consécutives (Marseille, Toulouse), c'était juste pas possible. Sauf qu'en face, avant la 8e journée, Bordeaux se présente en qualité de second du championnat. Un dauphin, quoi. Oui, mais un dauphin pas très étanche, au vu de son manque d'aisance technique. Soit tellement peu de possession de balle (35% au bout de vingt minutes de jeu), qu'il n'est même pas la peine de faire venir l'exorciste. La faute à un collectif bien organisé, en face.
Rennes pousse, le public tousse
Proprement calé sur ses bases, le SRFC a la maîtrise du cuir ; bonne circulation, football court et précis, et volonté de jouer en contre ! Abdoulaye Doucouré (8e et 21e), Ola Toivonen (21e) et Paul-Georges Ntep obligent Cédric Carrasso à se comporter en Manuel Neuer. Heureusement pour les Girondins qu'il est là, lui. Parce que sinon, c'est du 0-2 minimum à la pause. Certes, Cheick Diabaté tente de faire bonne figure, mais Benoît Costil reste ferme (36e). Mais que dire de la défense bordelaise ? Mauvais alignement, dégagements et relances approximatifs, manque de communication ......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant