Bordeaux souffle en Picardie

le
0
Bordeaux souffle en Picardie
Bordeaux souffle en Picardie

Relativement serein dans son système en 3-5-2, le Bordeaux de Willy Sagnol a clos l'épisode polémique de la semaine en disposant de Lens (2-1) pour revenir sur le podium avant le match de l'OL.

Lens - Bordeaux
(1-2)

Y. Touzghar (74') pour Lens , W. Khazri (24'), C. Diabaté (40') pour Bordeaux.


Et soudain, Willy, sauvé et soulagé, s'est mis à pleurer. On joue la 41è minute, à la Licorne. Bordeaux est déjà devant à la marque face à Lens dans un stade garni de 12 000 têtes quand Khazri sert dans la profondeur Cheikh Diabaté pour le 2-0. Pendant que les filets tremblent et les Nordistes baissent la tête, tous les Girondins filent vers leur banc de touche pour une union sacrée avec leur coach, malmené et sans aucun doute dépassé par ce qui a été dit depuis sa conférence de presse polémique et ses propos maladroits sur le joueur type africain. Diabaté prend son entraineur dans ses bras et adjoint tous ses partenaires de le rejoindre. Au centre du cercle, l'ancien latéral droit du Bayern laisse échapper de grosses larmes que les caméras de Canal + ne manquent pas de montrer en gros plan. Séquence émotion, Willy a compris : il n'a pas été lâché par les siens et va enfin pouvoir évacuer après une semaine mouvementée au Haillan. Le symbole est d'autant plus fort que ce sont sa trouvaille du 3-5-2, appliquée depuis la double confrontation contre Toulouse, et ses deux Africains buteurs, le Marocain Khazri et le Sénégalais Diabaté, qui ont permis à sa bande de revenir de Picardie avec les trois points. Trois points synonymes de podium provisoire avant le Lyon-Guingamp de demain et de première victoire à l'extérieur depuis le 23 août et celle glanée à Nice. Lens reste de son côté en proie à la zone rouge avec cette huitième défaite de la saison.
Deux tirs cadrés et deux buts bordelais
Serein mais pas transcendant, Bordeaux a su faire ravaler sa fougue au Racing club de Lens, avec une discipline tactique et une exploitation parfaite des brèches laissées par la jeunesse des hommes de Kombouaré, et ce dès les 45 premières minutes. Défensivement, les trois défenseurs axiaux des Girondins, Pallois, Planus et Yambéré, tiennent parfaitement Touzghar, Chavarria et Guillaume, qui avaient fait tant de misère à l'OM une...








Lens - Bordeaux
(1-2)

Y. Touzghar (74') pour Lens , W. Khazri (24'), C. Diabaté (40') pour Bordeaux.


Et soudain, Willy, sauvé et soulagé, s'est mis à pleurer. On joue la 41è minute, à la Licorne. Bordeaux est déjà devant à la marque face à Lens dans un stade garni de 12 000 têtes quand Khazri sert dans la profondeur Cheikh Diabaté pour le 2-0. Pendant que les filets tremblent et les Nordistes baissent la tête, tous les Girondins filent vers leur banc de touche pour une union sacrée avec leur coach, malmené et sans aucun doute dépassé par ce qui a été dit depuis sa conférence de presse polémique et ses propos maladroits sur le joueur type africain. Diabaté prend son entraineur dans ses bras et adjoint tous ses partenaires de le rejoindre. Au centre du cercle, l'ancien latéral droit du Bayern laisse échapper de grosses larmes que les caméras de Canal + ne manquent pas de montrer en gros plan. Séquence émotion, Willy a compris : il n'a pas été lâché par les siens et va enfin pouvoir évacuer après une semaine mouvementée au Haillan. Le symbole est d'autant plus fort que ce sont sa trouvaille du 3-5-2, appliquée depuis la double confrontation contre Toulouse, et ses deux Africains buteurs, le Marocain Khazri et le Sénégalais Diabaté, qui ont permis à sa bande de revenir de Picardie avec les trois points. Trois points synonymes de podium provisoire avant le Lyon-Guingamp de demain et de première victoire à l'extérieur depuis le 23 août et celle glanée à Nice. Lens reste de son côté en proie à la zone rouge avec cette huitième défaite de la saison.
Deux tirs cadrés et deux buts bordelais
Serein mais pas transcendant, Bordeaux a su faire ravaler sa fougue au Racing club de Lens, avec une discipline tactique et une exploitation parfaite des brèches laissées par la jeunesse des hommes de Kombouaré, et ce dès les 45 premières minutes. Défensivement, les trois défenseurs axiaux des Girondins, Pallois, Planus et Yambéré, tiennent parfaitement Touzghar, Chavarria et Guillaume, qui avaient fait tant de misère à l'OM une...







...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant