Bordeaux se prépare à accueillir sa Cité des civilisations du vin

le
0

C’est ce dimanche que s’ouvre à Bordeaux Vinexpo, la grand-messe biennale du vin. Et dans quelques mois, la cité bordelaise bénéficiera de façon permanente d’un musée dédié à la culture de la vigne.

Alors que le Nouveau stade Bordeaux vient tout juste d’être inauguré, la cité bordelaise s’apprête à accueillir un second totem emblématique: la Cité des civilisations du vin. Sa tour, aisément reconnaissable, s’élève désormais au-dessus de la Garonne, dans le quartier des Bassins à flot. Au-delà de Vinexpo, l’incontournable rendez-vous des professionnels du vin qui se tient les années impaires, la ville disposera donc d’un lieu permanent destiné aux grand public et évoquant la culture de la vigne.

«Ce projet avait été imaginé il y a 18 ans déjà par Alain Juppé mais n’avait pu être mené à bien, rappelle Sylvie Cazes, présidente de la Fondation des civilisations du vin. En 2008, il m’a demandé de le relancer avec une équipe de viticulteurs très motivés. Et cette fois nous somme tout près de déboucher sur un lieu unique qui rassemble l’ensemble des collectivités et toute la filière viticole et sera le seul à évoquer les cultures du vin à travers le monde.» Un gros projet bénéficiant d’un budget total de 81 millions d’euros dont 19 millions doivent provenir du mécénat. Ce qui est sûr, c’est que ce bâtiment qui doit accueillir le public pour le printemps 2016 interpelle déjà par ses formes rondes et fluides que la viticultrice Sylvie Cazes qualifie volontiers de «gouleyantes».

«Ces formes fluides, c’est un hommage au génie du vin et au fleuve qui a joué un rôle essentiel dans le développement de Bordeaux et du commerce du vin», rappelle l’architecte Anouk Legendre, dont l’agence X-TU a remporté le concours pour réaliser ce musée après avoir notamment dessiné le pavillon français pour l’Expo universelle de Milan. Elle avoue que pour se plonger totalement dans le sujet, les équipes d’architectes ont dû se plier à quelques dégustations de grands vins. «Le bâtiment retranscrit ces émotions très fortes que peut causer le vin, il évoque aussi le mouvement tournant du goûteur de vin avant la dégustation.»

Il est vrai que le cahier des charges était assez strict: la forme du terrain est ovale et il fallait impérativement proposer trois niveaux avec une tour surplombant la Garonne. «Le premier niveau est très sombre, souligne Anouk Legendre. Il évoque la cave et peu à peu on monte jusqu’au belvédère lumineux avec une vue dégagée sur le paysage.»

Les lieux promettent d’accueillir une scénographie high tech confiée au britannique Casson Mann mais en attendant, c’est l’immense charpente de bois du second niveau de la Cité qui attire tous les regards. Réalisé en lamellé-collé cette charpente lasurée de gris clair semble particulièrement complexe alors que quasiment toutes les pièces optimisée par ordinateur ont été réalisées dans un même plan. «Nous voulions un espace immersif, précise Anouk Legendre, pour plonger le visiteur dans le bois, si essentiel à la vigne. C’est avec lui que l’on réalise les piquets pour la soutenir puis les tonneaux.»

L’enveloppe du bâtiment avec son habillage de métal et de verre sérigraphié doit être achevé d’ici la fin de l’année et sera ensuite confié au scénographe avant d’accueillir ses premiers visiteurs vers avril-mai 2016.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant