Bordeaux se contentera du nul

le
0

Dans un match globalement équilibré, le Rubin Kazan et Bordeaux ne sont pas parvenus à se départager, se séparant sur un match nul, 0-0, plutôt logique.

Rubin Kazan 0 - 0 Bordeaux


On joue les dernières minutes de la rencontre. En supériorité numérique, Bordeaux pousse pour tenter d'arracher une victoire qui lui tend désormais les bras. En vain. Solides, les Russes du Rubin Kazan se montrent intraitables en défense, conservant un résultat nul qu'ils n'auront pas vraiment volé. Car même si les Girondins ont touché deux fois les montants, leur domination n'a pas été non plus impressionnante. Finalement, les deux équipes se partagent les points de façon logique. Tout le monde est content, en somme.

Saivet trouve la barre


Forts de leur bon match nul face à Liverpool lors de la première journée, c'est avec les valises remplies de bonnes intentions que les Bordelais débarquent en Russie pour y affronter le Rubin Kazan. Et même si Kambolov inquiète Carrasso sur un bon coup franc aux vingt mètres dés la cinquième minute de jeu, les Girondins réagissent immédiatement par l'intermédiaire de leur revenant, Jussiê, donc la reprise de la tête vient flirter avec la transversale de Ryzhikov (7e). Le match est très équilibré et lorsque Guilbert envoie sa frappe dans le petit filet extérieur du portier russe, Kuzmin ne tarde pas à lui répondre en obligeant Carrasso à se coucher pour repousser une tentative dangereuse. Les deux équipes se rendent donc coup pour coup, dans les occasions de but comme dans les duels, les 22 acteurs n'hésitant pas à y aller de bon cœur. En bon capitaine, Henri Saivet est tout proche de libérer les siens, mais son coup franc, à l'entrée de la surface, vient s'écraser sur la transversale d'un Ryzhikov qui n'avait eu le temps de bouger que les yeux. Solides et entreprenants, les Bordelais auraient presque pu espérer mieux au moment de regagner les vestiaires.

Crivelli aussi


Poussés par leur public du Centralniy stadion, les Russes reviennent plus forts dans ce second acte. Plus forts que les Bordelais en tout cas, qui, bizarrement, se mettent à enchaîner les pertes de balle inutiles. Heureusement pour eux, les joueurs du Rubin Kazan se montrent très maladroits dans le dernier geste et ne parviennent à pas à…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant