Bordeaux l'emporte sans convaincre

le
0
Bordeaux l'emporte sans convaincre
Bordeaux l'emporte sans convaincre

Peu inspirés dans le contenu du jeu, les deux blocs n'ont pas offert un gros jeu mais Cheick Diabaté a sauvé l'essentiel, en marquant et donnant la victoire à un petit Bordeaux (1-0).
Bordeaux - Lille
(1-0)

C. Diabaté (60') pour Bordeaux


"Réagir en termes comptables", étaient les mots de Willy Sagnol, quarante-huit heures avant de recevoir Lille. Grâce à Cheick Diabaté, encore une fois, les Girondins ont exaucé le vœu de leur entraîneur. Le Malien, buteur providentiel embusqué au premier poteau, n'a pas tremblé au moment de reprendre de volée un centre de Nicolas Maurice-Belay (62e). Une délivrance pour un collectif aquitain en manque d'étincelle offensive, mais plus réaliste que son homologue lillois, encore une fois décevant. Car les Nordistes, solides défensivement durant les deux tiers du match, au vu de leur faible rendement en attaque, ne pouvaient finalement espérer mieux que le point du match nul.
Kjaer, le Danois qui rassure
Après être revenu de Marseille avec trois buts dans les valises (3-1), Willy Sagnol choisit d'évoluer dans un système de jeu plus conventionnel. Ainsi, le 4-2-3-1 remplace le 3-5-2. En face, René Girard et les siens – restés au repos pour cause de Coupe Davis – optent pour un 4-4-2 en losange, avec Martin en pointe haute. Problème, hormis durant les vingt première minutes de jeu, il ne se passe pas grand-chose. Certes, Thomas Touré et Diego Rolan donnent l'illusion d'emblée, avec un beau travail effectué côté gauche par le premier, et conclu devant la cage par le second (4e). Mais l'enroulé heurte le poteau droit de Vincent Enyeama, quand l'Uruguayen suit pour mettre au fond, mais en position de hors-jeu. Les Girondins jouent vers l'avant, régalent le cuir collectivement, et butent systématiquement sur une défense solide. Simon Kjaer en est l'illustration parfaite. Bien placé, efficace dans l'anticipation, le Danois veille et rassure.
Pauleta sur le point de rentrer
Ça combine pas mal du côté de Jaroslav Plasil et consorts, ça joue vers l'avant, mais le LOSC fait bloc et attend le bon coup, en contre. À tel point qu'après une frappe lointaine de Cheick Diabaté passée au-dessus (22e), Pedro Pauleta,...










Bordeaux - Lille
(1-0)

C. Diabaté (60') pour Bordeaux


"Réagir en termes comptables", étaient les mots de Willy Sagnol, quarante-huit heures avant de recevoir Lille. Grâce à Cheick Diabaté, encore une fois, les Girondins ont exaucé le vœu de leur entraîneur. Le Malien, buteur providentiel embusqué au premier poteau, n'a pas tremblé au moment de reprendre de volée un centre de Nicolas Maurice-Belay (62e). Une délivrance pour un collectif aquitain en manque d'étincelle offensive, mais plus réaliste que son homologue lillois, encore une fois décevant. Car les Nordistes, solides défensivement durant les deux tiers du match, au vu de leur faible rendement en attaque, ne pouvaient finalement espérer mieux que le point du match nul.
Kjaer, le Danois qui rassure
Après être revenu de Marseille avec trois buts dans les valises (3-1), Willy Sagnol choisit d'évoluer dans un système de jeu plus conventionnel. Ainsi, le 4-2-3-1 remplace le 3-5-2. En face, René Girard et les siens – restés au repos pour cause de Coupe Davis – optent pour un 4-4-2 en losange, avec Martin en pointe haute. Problème, hormis durant les vingt première minutes de jeu, il ne se passe pas grand-chose. Certes, Thomas Touré et Diego Rolan donnent l'illusion d'emblée, avec un beau travail effectué côté gauche par le premier, et conclu devant la cage par le second (4e). Mais l'enroulé heurte le poteau droit de Vincent Enyeama, quand l'Uruguayen suit pour mettre au fond, mais en position de hors-jeu. Les Girondins jouent vers l'avant, régalent le cuir collectivement, et butent systématiquement sur une défense solide. Simon Kjaer en est l'illustration parfaite. Bien placé, efficace dans l'anticipation, le Danois veille et rassure.
Pauleta sur le point de rentrer
Ça combine pas mal du côté de Jaroslav Plasil et consorts, ça joue vers l'avant, mais le LOSC fait bloc et attend le bon coup, en contre. À tel point qu'après une frappe lointaine de Cheick Diabaté passée au-dessus (22e), Pedro Pauleta,...









...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant