Bordeaux étrille un piteux Monaco

le
0
Bordeaux étrille un piteux Monaco
Bordeaux étrille un piteux Monaco

En s'imposant très nettement face à un Monaco totalement dépassé, les Bordelais ont (re)trouvé leur jeu et leurs qualités, notamment grâce à un très bon Ounas (3-0).

Girondins de Bordeaux 3-0 AS Monaco

Buts : Ounas (16e), Rolan (57e), Saivet (89e)

Il y a quelque chose dans cet Adam Ounas. Le gamin compte à peine cinq titularisations sous le maillot des Girondins et pourtant, il illumine à lui tout seul une équipe qui n'est pas forcément connue pour son inspiration offensive. Le ballon colle à son pied gauche, qu'il utilise presque exclusivement, et tous les Monégasques qu'il a eus au duel ce mercredi pourront vous dire "ce mec a des appuis". Ounas a tout simplement régalé le Matmut-Atlantique ce soir, à base de dribbles chaloupés, de une-deux instinctifs, de passes en profondeur bien senties, et l'insolent s'est même autorisé un petit pont sur le pauvre Wallace qui a passé une soirée cauchemardesque. La comparaison avec un petit gaucher argentin, bien qu'exagérée, semble presque naturelle quand on voit avec quelle insouciance et quelle facilité il marque le premier but de la partie. Démarrage aux 25 mètres, ballade entre les défenseurs et frappe du gauche imparable... Chapeau l'artiste ! Pour le reste, on aura vu des Monégasques apathiques, sans que personne ne soit là pour sonner la révolte.

Ounas débloque le Matmut


Le premier quart d'heure aussi est apathique. On s'ennuie ferme. Les Bordelais peinent à s'approcher de la surface asémiste tandis que du côté rouge et blanc, ça manque clairement de rythme et d'inspiration offensive pour mettre en danger les Girondins. C'était donc sans compter sur Adam Ounas qui vient mettre un peu de piment dans ce début de partie morose. Après un premier avertissement sur une belle frappe en première attention, Adam Ounas récidive avec une action solitaire qui démontre toute la classe du jeune franco-algérien, et qui mystifie le vieux Ricardo Carvalho. Superbe ! Un golazo qui va redynamiser toute l'équipe. D'un coup, on se met à voir davantage d'engagement, du rythme dans les passes et une solidarité défensive qui empêche l'adversaire d'inquiéter Cédric Carrasso. Côté monégasque, personne ne réagit, à part Cavaleiro qui s'est mis comme mission de dribbler quinze fois Poko dans le match, même si aucun de ses centres ne trouve preneur. En même temps, la majorité de ses coéquipiers donnent…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant