Bordeaux et les regrets d'Anfield

le
0
Bordeaux et les regrets d'Anfield
Bordeaux et les regrets d'Anfield

Devant au score après une première demi-heure maîtrisée, Bordeaux s'est finalement incliné à Liverpool (2-1). Les Girondins sont éliminés, les Reds, eux, assurent leur qualification pour les seizièmes.

Liverpool FC 2–1 Girondins de Bordeaux

Buts : Milner (38e sp) et Benteke (45e) pour Liverpool // Saivet (33e) pour Bordeaux

C'était il y a un mois. 35 jours exactement. Le 22 octobre dernier, Jürgen Klopp s'avançait pour la première fois sur un banc, à Anfield, dans ses nouvelles couleurs. Liverpool était alors neuvième de Premier League, glissait doucement dans la crise de gouvernance et venait d'être repris en main par un Allemand venu du football résolument offensif. À l'époque, Bordeaux était déjà une équipe en crise, elle aussi. Pour le foot français, un déplacement à Liverpool est pourtant plus qu'un match. Longtemps, on a même parlé de malédiction. Reste que Valbuena a claqué une lucarne en octobre 2007 et Lyon a même éliminé les Reds de la Ligue des champions, chez eux, en 2009. Bordeaux, lui, n'avait jamais gagné, ni marqué, lors de ses cinq précédents déplacements en Angleterre.

Benteke, le double jeu


Et pourtant, cette fois, tout était parfait. Bordeaux avait bien entamé la rencontre et donné du rythme malgré l'absence de son serveur maison Wahbi Khazri. Chantôme avait même collé un premier frisson à Anfield sur une mauvaise relance de Simon Mignolet. Plus encore, l'arbitre à retardement, Alon Yefet, avait même offert un but sur un plateau aux Girondins, le gardien belge des Reds ayant gardé le ballon près de vingt secondes dans les mains. Cadeau converti par Saivet, indirectement, et Bordeaux a alors cru à l'exploit. Un fil synonyme d'espoir de qualification. Une main lâchée, en six minutes. Solide depuis le début de la rencontre, le capitaine bordelais, Lamine Sané, emmène dans sa chute Benteke. Pénalty, là aussi avec le temps de la décision. Klopp se retourne, Anfield exulte. Milner vient d'égaliser dans la discussion. Bordeaux vient de lâcher une rencontre jusqu'ici plutôt tenue et à dix secondes de la pause, Christian Benteke détruit le moral de Carrasso d'un magnifique enchaînement ponctué d'une demi-volée du droit.

Le facteur Yefet La deuxième période garde alors ses hommes et ses acteurs avec dans le rôle principal l'arbitre de la rencontre, Alon Yefet. Sept minutes après le retour de vestiaire, avec un but refusé aux Reds pour une "…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant