Bordeaux-Bègles : Ntamack à la place d'Etcheto

le
0
Bordeaux-Bègles : Ntamack à la place d'Etcheto
Bordeaux-Bègles : Ntamack à la place d'Etcheto

Laurent Martin, le président de l'UBB, a annoncé vendredi matin au cours d'une conférence de presse, l'arrivée d'Emile Ntamack dans le staff girondin. Il remplace Vincent Etcheto, remercié.

Après six années passées dans le staff de l’Union Bordeaux-Bègles, Vincent Etcheto, l’entraîneur des arrières, a été remercié par le président de l’UBB. « C'était un cas difficile à traiter, douloureux et pénible, a indiqué Laurent Marti vendredi devant la presse. Quand un entraîneur part, on passe pour le méchant président qui laisse partir l'entraîneur. Après six années passées, après être allé chercher Vincent alors qu'il descendait avec Le Boucau en Fédérale 2, il a apporté satisfaction, comme tous les entraîneurs qui sont passés ici. Je lui ai demandé plus et nous n'avons pas su nous comprendre. Il n'a pas compris mes arguments et je n'ai pas compris les siens. C'est comme dans les couples, l'aventure s'arrête et je le regrette. »

Pour remplacer Etcheto la saison prochaine au sein d’un staff toujours dirigé par Raphaël Ibanez, Marti a attiré l’ancien international Emile Ntamack (44 ans). « Vincent sera remplacé par Emile Ntamack, qui a signé pour trois ans, a révélé le président girondin vendredi matin. Emile, ça s'est fait il y a dix jours. Si ça c'est fait, c'est parce qu'il n'a pas été pris par le Stade Toulousain (ndlr : qui lui a préféré Fabien Pelous en tant que directeur sportif). Il attendait sa chance à Toulouse mais ce club a fait un autre choix. Tant mieux pour nous. C'est un garçon que je connais bien, qui est très rigoureux, très bosseur et très porté sur le jeu offensif. Il sera épaulé par Bruce Reihana (ndlr : ancien arrière all black qui a porté le maillot de l’UBB de 2011 à 2014), qui va également porter nos joueurs mentalement. »

Ancien adjoint de Marc Lièvremont en équipe de France (de 2008 à 2011), Emile Ntamack va donc retrouver les terrains pros après s’être occupé des jeunes du Stade Toulousain. Il devra atteindre des objectifs élevés, fixés par un président Marti ambitieux et qui n’hésite pas à mettre la pression sur Ibanez. « Notre ambition c'est de basculer parmi les cadors du Top 14. Dans les trois ans, il faut qu'on joue les phases finales. (Cette saison), je considère qu'on a raté la 6eme place parce qu'on a moins bien bossé qu'Oyonnax. Si on se contente du beau jeu et qu'on reste huitième, les gens vont se lasser. A Raphaël Ibanez de prouver qu'il fait bien son travail. On ne garde pas les gens qui ne font pas bien leur travail. Raphaël sait qu'avec son staff, il doit monter qu'il est capable d'avoir des bons résultats. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant