Bordeaux : Alain Juppé hué au meeting de Nicolas Sarkozy

le
7
Bordeaux : Alain Juppé hué au meeting de Nicolas Sarkozy
Bordeaux : Alain Juppé hué au meeting de Nicolas Sarkozy

Pourtant sur ses terres, Alain Juppé a été hué au début du meeting que tenait Nicolas Sarkozy samedi à Bordeaux. Le maire de la ville a suscité l'ire de l'assemblée pour avoir parlé du «rassemblement de la droite et du centre» et évoqué «une primaire ouverte» en vue de la présidentielle de 2017.

«Je suis convaincu qu'il faut un large rassemblement de la droite et du centre si nous voulons battre la gauche», en 2017, a lancé Alain Juppé, devant une foule de plus de 4 000 personnes, qui se pressaient dans le Hangar 14 sur les berges de la Garonne dans une ambiance surchauffée. Aussitôt, des «hou, hou» ont fusé, couvrant la voix du maire de Bordeaux, tandis que la foule scandait «Nicolas, Nicolas».

«Je répète : l'UMP a été constituée sur la base de la droite et du centre. Je continuerai à le dire», a poursuivi Alain Juppé, bravant les huées, qui ont redoublé lorsqu'il a ajouté qu'il fallait «préparer une primaire ouverte» en 2016. «Nicolas, Nicolas», a de nouveau scandé la foule. «Vous me connaissez, et je ne me laisse pas pour ma part impressionner par des mouvements de foule», a-t-il lancé face aux sifflets. Nicolas Sarkozy a été accusé cette semaine de s'être prononcé samedi dernier pour «l'abrogation» de la loi sur le mariage homosexuel sous la pression des militants de l'association Sens commun devant lesquels il s'exprimait.

Nicolas Sarkozy prône l'union sacrée

«Nous n'avons pas le droit de nous diviser», a répondu Nicolas Sarkozy. «Ce qui s'est passé entre Jean-François Copé et François Fillon (fin 2012), a été indigne», a-t-il ajouté, affirmant qu'il refusait de «donner le spectacle des mêmes querelles». «Il n'y a pas d'élection présidentielle en 2014, 2015, 2016. C'est le temps du collectif, pas le temps présidentiel», a-t-il martelé.

A la foule qui écoutait à présent sans broncher, l'ancien président a également lancé : «Oui à la droite et le centre mais un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le dimanche 23 nov 2014 à 17:40

    Vouloir le pouvoir pour satisfaire son égo, et mettre tte son énergie pour le garder par des décisions à court terme. Tous les moyens sont bons et même les moins avouables. En perdant ce pouvoir la blessure est réelle et la revanche puissante : c’est humain. N’est pas de Gaulle qui veut. Il faut faire de la politique autrement, sans show et gde messe médiatique. L’intelligence de la réflexion et des décisions devront remplacer le verbe auquel plus personne ne devrait croire.

  • jfvl le samedi 22 nov 2014 à 19:29

    Pas très fin de se conduire comme des supporters de football !

  • jean-648 le samedi 22 nov 2014 à 18:27

    Sarko veut changer de nom pour l'UMP. Il dépensera 3 millions d'euro pour une agence de com. qui trouvera un nouveau nom P.M.U. Dans 6 mois le PMU nouveau sera en faillite. Messieurs les adhérents préparez votre porte-monnaie.

  • oban07 le samedi 22 nov 2014 à 18:22

    vas y Alain

  • M8252219 le samedi 22 nov 2014 à 18:10

    Pas très finos ces soutiens de Sarkozy pour casser l'UMP qu'ils continuent

  • charleco le samedi 22 nov 2014 à 18:08

    C'est du pain blanc pour Marine.

  • M8252219 le samedi 22 nov 2014 à 18:01

    les soutiens du collectionneur de casseroles deviennent ses complices.