Bonnie & Clyne

le
0

Nathaniel Clyne n'a que 24 ans, mais il est déjà considéré outre-Manche comme l'un des meilleurs latéraux droits. Le joueur de Southampton, à qui l'on prédit un avenir radieux, a pourtant connu des débuts tumultueux. Partiellement formé dans l'atypique Afewee Academy, il a été recalé par Arsenal et Tottenham, avant que Crystal Palace ne lui donne sa chance. Aujourd'hui, l'Anglais a parcouru du chemin et n'est perçu ni plus ni moins que comme la relève la plus crédible depuis la retraite internationale de Gary Neville.

Certains voient dans les tatouages le seul moyen idoine d'orner leur corps, de le considérer presque comme une œuvre d'art. D'autres, moins étouffés par la prétention, les choisissent pour leur aspect symbolique. Regarder les bras de Nathaniel Clyne revient à raconter une histoire. Parce que les dessins marqués à vie à l'encre du jeune latéral droit anglais laissent deviner, ou du moins entrevoir, ce qu'il est. Il y a d'abord cet enfant en couche-culotte, reproduction tirée d'une photo de lui-même plus jeune qui décore aujourd'hui la cheminée de sa mère, accompagnée en dessous d'une formule lapidaire : " Baller from birth " (en français, "Fonceur depuis la naissance "). Puis il y a cet autre dessin, tout aussi personnel, représentant le logo de la célèbre station de métro Stockwell, nom de sa ville natale. "Je suis fier d'où je viens, martelait-il en novembre dernier au Guardian. Je me souviens plus jeune qu'il y avait des panneaux indiquant "pas de jeux de ballon" jusqu'à ce que nous soyons suffisamment nombreux pour qu'ils les enlèvent. Par la suite, ils ont construit un terrain urbain adapté pour le football et d'autres jeux afin que le ballon ne sorte jamais. Depuis le début, j'ai toujours voulu être joueur de football."
"J'ai récupéré Nathaniel à Somerleyton, une cité dure où les gamins jouent du flingue"
Mais chaque objectif est soumis à l'incertitude et aux vicissitudes du destin. Chaque parcours offre sa part de singularité. Et celui de Nathaniel Clyne prend source à Somerleyton, une cité malfamée de Stockwell. Amoureux du ballon rond depuis ses premiers pas, le gamin s'accroche à sa passion pour éviter les mauvaises fréquentations. Sa mère veille également à ce que sa progéniture ne dévie pas de sa route. "Elle faisait toujours attention à ce que je reste sur la bonne voie. Si je m'écartais de cette ligne de conduite, elle me foutait des gifles jusqu'à ce que je retrouve mes esprits ", racontait-il il y a quelques semaines lors d'un entretien accordé au Telegraph. Mais celui qui va véritablement jouer un rôle majeur dans son parcours se nomme Steadman Scott. Ancien taulard et membre d'un gang, l'homme a créé il y a plus de seize ans une académie de football atypique, l'Afewee Academy, située tout près de Stockwell, à Brixton. Cette académie, où des enfants de cinq à seize ans sont formés, éduqués et…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant