Bonduelle : de Vancouver à Vladivostok

le
0
Le groupe français détient une part de marché de 85% au Canada et compte bien se renforcer aux États-Unis. (© Bonduelle)
Le groupe français détient une part de marché de 85% au Canada et compte bien se renforcer aux États-Unis. (© Bonduelle)

Le 29 septembre, le spécialiste de l’alimentation végétale a publié les comptes de l’exercice 2014-2015, clos à fin juin. Malgré la qualité des résultats présentés, l’action a reculé ce jour-là de 5,7%, à 23,78 euros. En cause, des perspectives de profitabilité jugées décevantes par les investisseurs.

Ne dérogeant pas à leur prudence habituelle, les dirigeants visent une croissance des ventes de 2% pour l’exercice 2015-2016, assortie d’une stabilité du résultat opérationnel courant à données comparables. Autrement dit, l’excellente performance de l’an passé établit d’emblée un effet de comparaison défavorable : il sera donc difficile de faire encore mieux. D’autant que les incertitudes tant économiques que politiques ainsi que les variations errati­ques des taux de change réduisent la visibilité du groupe, prévient Christophe Bonduelle.

En outre, la campagne agricole 2015 «est plus compliquée que celle de 2014» : en juillet, les fortes chaleurs ont affecté les récoltes de pois de conserve dans le Nord-Pas de Calais et en Picardie. Et au Canada, une maladie a frappé les champs de maïs doux en fin de campagne. Sans doute trop optimistes au regard de ces prévisions, les analystes financiers ont abaissé leurs anticipations de résultats pour l’exercice en cours et le suivant, expliquant ainsi le recul de

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant