Bond du chômage au sens du BIT à 10,2% fin 2012

le
0
LE CHÔMAGE EN FRANCE
LE CHÔMAGE EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) a augmenté de 0,3 point au quatrième trimestre 2012 pour atteindre 10,2% en France métropolitaine et 10,6% avec les départements d'outre-mer (+0,4 point), selon les données publiées jeudi par l'Insee.

Il se situe, pour la France métropolitaine comme pour les chiffres globaux, à son plus haut niveau depuis 1999. Sur un an, sa hausse en métropole est de 0,8 point et de 3,4 points pour les 15-24 ans.

Le taux de chômage des 15-24 ans ressort à 25,7% en métropole, le plus haut niveau des statistiques diffusées par l'Insee, celui des 25-49 ans à 9,1% et celui des plus de 49 ans à 7,2%.

"Ça fait cinq ans que le chômage ne cesse d'augmenter dans notre pays", a déclaré le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, sur France Info. "C'est l'Europe et la zone euro qui s'enfoncent. C'est une des raisons pour lesquelles le gouvernement se bat, avec la Commission européenne, pour que des mesures de croissance soient prises."

Le nombre de chômeurs ressort à 2,944 millions en métropole au quatrième trimestre 2012, soit 124.000 de plus qu'au troisième.

"Il semble que les chiffres publiés aujourd'hui montrent que la tendance commencée il y a près de deux ans se poursuit, ce qui signifie que le taux de chômage devrait atteindre 11,5% en 2013", estime Julien Manceaux, économiste chez ING Financial Markets.

"C'est une vérité inconfortable pour François Hollande et un autre signe que la France est peut être en train de rejoindre le mauvais côté de la zone euro", ajoute-t-il.

Les autorités françaises continuent d'espérer une baisse du chômage d'ici fin 2013, un objectif que s'est fixé François Hollande et que de nombreux spécialistes jugent très difficile à atteindre en l'absence de reprise économique.

La Commission européenne prévoit pour sa part une poursuite de la hausse du chômage cette année comme l'an prochain, avec des taux atteignant 10,7% et 11,0% de la population active.

Au quatrième trimestre, 3,7 millions de personnes en métropole ne travaillaient pas mais souhaitaient le faire, qu'elles aient été ou non disponibles dans les deux semaines pour travailler et qu'elles aient ou non recherché un emploi.

Le taux d'emploi des 15-64 ans a augmenté de 0,2 point à 64,1% au quatrième trimestre, grâce à la forte hausse du taux d'emploi des 50-64 ans (+0,5 point, +2,1 points sur un an, à 57,7%).

Le taux d'emploi des 15-24 ans est resté stable 28,5% et celui des 25-49 ans a progressé de 0,1 point à 80,9%. C'est chez les 55-64 ans que la hausse est la plus marquée (+1 point, +3 points sur un an, à 45,8%).

Le taux d'emploi en CDI a baissé de 0,1 point et s'établit à 49,0% de la population des 15-64 ans. Le taux d'emploi en CDD/intérim a augmenté de 0,1 point à 6,7%.

L'Insee ne publie plus de taux de chômage mensuel depuis 2006, après une polémique sur sa méthode de calcul.

Selon le ministère du Travail et Pôle Emploi, le chômage a bondi en janvier pour atteindre son plus haut niveau depuis juillet 1997, progressant pour le 21e mois consécutif.

Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (ceux n'ayant exercé aucune activité) atteignait 3,169 millions en France métropolitaine fin janvier. En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi atteignait 4,680 millions. Avec l'Outre-mer, ce chiffre était de 4,968 millions.

Jean-Baptiste Vey, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant