Bon Pied, bon oeil

le
0
Bon Pied, bon oeil
Bon Pied, bon oeil

Il n'est pas le plus exposé médiatiquement des joueurs de l'OGC Nice. Mais son discours a au moins le mérite d'être audible et surtout compréhensible. Non pas qu'il faille absolument rappeler les carences intellectuelles de certains footballeurs mais force est de constater qu'ils sont peu à s'exprimer ainsi. A 24 ans et déjà une expérience du haut niveau par son passage à Lyon, Jérémy Pied a un avis sur tout. Et dans ce registre, comme sur son côté droit qu'il prend souvent avec le maillot des Aiglons, il est plutôt bon et adroit. Si son évolution personnelle l'a mené sur la Côte d'Azur, c'est qu'il a senti le vent tourner du côté de l'OL. « J'avais besoin de partir sur de nouvelles bases, avait-il expliqué lors de sa signature à l'été 2012. A ce jour, Nice est un club moins huppé, l'Europe se fait peut-être désirer, c'est vrai. Mais il faut aussi savoir reculer pour mieux sauter. Pour en avoir déjà bien discuté, je peux attester que chaque joueur - et donc l'équipe - a de l'ambition. A partir de là, il y a de quoi faire... » C'est ce que l'on appelle avoir le nez creux.

L'un des protégés de Puel

Car depuis son arrivée, l'OGCN est passé dans la cour des grands du championnat. Pour la première fois depuis 37 ans, le Gym a réussi le grand saut vers une qualification européenne en terminant quatrième de Ligue 1 en 2012-13. Des bons résultats qui font aujourd'hui des Aiglons une espèce crainte à défaut d'être protégée. « On le réalise à travers les médias ou même nos adversaires, qui se méfient et nous respectent davantage, constate l'ancien l'OL. L'effet de surprise dont nous avons pu bénéficier l'an passé s'est estompé. Nos matchs s'en trouvent plus compliqués mais pour une équipe jeune comme la nôtre, ce n'est que du positif. » Un optimisme de façade ? Pas vraiment pour ceux qui connaissent bien le joueur. De Lyon à Nice, en passant par Metz où il a laissé un bon souvenir en seulement un an, Jérémy Pied ne s'est quasiment fait que des amis. A commencer par Claude Puel, son ancien coach à l'OL aujourd'hui en poste à l'OGCN. « Il me connaît. Avec moi comme les autres, il veut tirer le meilleur de chacun. Il veut nous faire progresser et c'est l'un de ses talents. » Un talent qu'on a eu du mal à lui reconnaître dans le Rhône et qui fait de lui un magicien sur la Côte d'Azur.

Le Ballon d'Or ? Il choisit Ribéry

S'il est apprécié, c'est que Jérémy Pied s'intéresse à tout et a plutôt un avis judicieux sur les sujets qu'on lui propose. Le Ballon d'Or ? Il vote Ribéry et apprécie le fait que quatre joueurs de Ligue 1 soient dans la pré-selection. « Une nouvelle preuve de la progression et de la nouvelle attractivité de notre championnat », confirme-t-il. En L1, son analyse est toute aussi pertinente. « La domination de Paris et Monaco n'est une surprise pour personne. Et comme l'an dernier, Lille et Saint-Etienne ne sont pas loin. Toujours costauds, en forme? La mauvaise passe de Lyon et Marseille est plus surprenante mais nous n'en sommes même pas au quart du championnat. Beaucoup de choses peuvent encore se passer. Nous, nous sommes un peu au milieu de tout ça et plutôt vers le haut. C'est motivant. Chaque match, nous avons l'enjeu de laisser notre adversaire du jour encore plus loin ou le recoller. » Un championnat serré qui pourrait réserver un nouveau final de rêve pour le Gym dans son nouvel écrin qu'est l'Allianz Riviera. « Toute la ville semble mobilisée autour du football à Nice, apprécie Pied. La dynamique est magnifique. » Et l'envol des Aiglons lui doit beaucoup.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant