Bombardier reporte 1er vol du C-Series, supprime 1.200 emplois

le
0
BOMBARDIER VA SUPPRIMER 1.200 EMPLOIS DANS SA BRANCHE FERROVIAIRE
BOMBARDIER VA SUPPRIMER 1.200 EMPLOIS DANS SA BRANCHE FERROVIAIRE

(Reuters) - Bombardier a annoncé mercredi le report d'environ six mois du premier vol des appareils C-Series ainsi que la suppression de quelque 1.200 emplois dans sa division ferroviaire.

Le premier constructeur mondial de trains et numéro trois des avions de ligne, s'est entendu avec ses fournisseurs pour repousser ce premier vol, initialement prévu à fin 2012, à la fin du mois de juin 2013.

Les livraisons de l'appareil CS100, d'une capacité de 110 places, sont censées débuter un an après ce premier vol. Les CS300, dotés de 130 sièges, devraient être mis en service fin 2014 comme prévu, a précisé le groupe.

Ce report est loin d'être une surprise pour les analystes, qui jugeait le calendrier initial très ambitieux au regard de la complexité de ces appareils.

Bombardier, qui a investi 3,3 milliards de dollars pour développer le programme C-Series, avait dit en août qu'il se considérerait dans les temps si ce programme était reporté de trois à cinq mois par rapport au calendrier initial. De nombreux analystes avaient estimé qu'un report de six mois ne serait pas préoccupant.

"Ce qui est important, c'est qu'en dépit d'un report du premier vol dans le programme C-Series, la mise en service des CS300 est maintenue vers la fin 2014", commente Chris Murray de PI Financial.

Le nouvel avion de Bombardier se pose en concurrent du Boeing 737 ou encore de l'Airbus A320.

FERMETURE D'USINE ET SUPPRESSIONS DE POSTES

Bombardier, qui emploie environ 70.000 personnes, a également précisé qu'il fermerait une usine de rames de fret, à Aix-la-Chapelle (Allemagne), dont les effectifs s'élèvent à 400 salariés.

Au total, plus de 3% des 36.000 postes de sa division ferroviaire seront supprimés. Le chiffre d'affaires réalisé par cette division a reculé de 9% à 2,1 milliards de dollars.

Le groupe canadien a également fait état d'une hausse de 10% de son bénéfice du troisième trimestre, à 212 millions de dollars, soit 12 cents par action, contre 192 millions de dollars, soit 11 cents par action, un an auparavant. Le consensus Thomson Reuters tablait sur un bénéfice par action de 10 cents.

Son chiffre d'affaires a reculé de 6% au troisième trimestre, à 4,34 milliards de dollars. Les analystes anticipaient 4,66 milliards de dollars.

Le chiffre d'affaires de la division aérospatiale a stagné à 2,3 milliards de dollars.

Le groupe passera une charge de restructuration qui devrait atteindre jusqu'à 150 millions de dollars au quatrième trimestre.

Le titre Bombardier reculait de près de 4,4% vers 15h10 GMT.

Susan Taylor à Toronto et Bhaswati Mukhopadhyay à Bangalore, Benoit Van Overstraeten et Catherine Monin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant