Bombardements à Alep et dans le sud de Damas

le
2
L'ARMÉE SYRIENNE BOMBARDE LE SUD DE DAMAS ET ALEP
L'ARMÉE SYRIENNE BOMBARDE LE SUD DE DAMAS ET ALEP

BEYROUTH (Reuters) - L'armée syrienne a bombardé jeudi des quartiers tenus par les rebelles à Alep, dans le nord du pays et dans le sud de la capitale, Damas, a annoncé l'opposition au président Bachar al Assad.

Les gouvernementaux ont envoyé mercredi des renforts à Alep, notamment une colonne blindée qui opérait jusqu'ici dans la province d'Idlib.

Aux premières heures de la journée, les combats faisaient rage dans la deuxième ville et capitale commerciale du pays. Selon un opposant, les insurgés contrôlent désormais la moitié de la localité.

"Il y a eu des bombardements ce matin sur les quartiers de Salaheddine et de Machhad", a déclaré Abou Hicham, un combattant de l'opposition. "Les tirs ont maintenant cessé mais des hélicoptères survolent le secteur."

Les combats de mercredi à Alep et dans les environs ont fait 24 morts, selon les rebelles. Depuis le début du soulèvement contre Assad à la mi-mars 2011, les violences ont fait environ 18.000 morts.

Mercredi, la télévision syrienne a annoncé que les "terroristes" subissaient "des pertes terribles" à Alep. "Des groupes entiers baissent les armes et se rendent, d'autres fuient vers la frontière turque", a-t-elle affirmé.

A Damas, on faisait état dans la matinée de violents bombardements dans le sud de la ville, notamment près du quartier d'Hadjar al Assouad et du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk. Les tirs, qui ont commencé à 07h00 (04h00 GMT), se poursuivaient trois heures plus tard, au rythme d'une explosion à la minute.

Dans le nord du pays, les rebelles ont pris le contrôle d'Azaz, à quelques kilomètres de la frontière turque. La ville est en ruine après des semaines de combats.

Mariam Karouny, Guy Kerivel pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le jeudi 26 juil 2012 à 13:28

    Ensuite,leur arrivée effraye le plus souvent les habitants qui quittent souvent à la hâte leur domicile quand ils ne sont pas directement chassés par eux. Nombre de ces Alépins ont préféré dormir dehors « à la belle étoile ». Bref, comme à Damas, et pour les mêmes raisons socio-politiques, pas de soulèvement populaire pro-ASL. Les rebelles demeurent isolés dans leur confrontation avec une armée qui se renforce et avance. Et tout le reste n’est que mauvaise littérature journalistique engagée…

  • baljo le jeudi 26 juil 2012 à 13:25

    il est à signaler que, tout comme à Damas, jamais un seul quartier n’est tombé entièrement dans les mains des insurgés : ils « quadrillent » certains quartier, mais leurs effectifs – un maximum de mille selon le correspondant du Figaro – ne leur permettent évidemment pas de vraiment tenir une ville de deux millions d’habitants environ dont la superficie n’est pas très éloignée de celle de Paris intra-muros.