Bombardement d'un camp en Syrie : Moscou et Damas nient toute implication

le , mis à jour à 20:06
1
Bombardement d'un camp en Syrie : Moscou et Damas nient toute implication
Bombardement d'un camp en Syrie : Moscou et Damas nient toute implication

Alors que la France a dénoncé vendredi le raid «révoltant et inacceptable» sur un camp de déplacés dans le nord de la Syrie et réclame une enquêté, Moscou s'est défendu de tout survol de cette zone jeudi, tout comme le régime de Bachar al-Assad. Au moins 28 civils dont des femmes et des enfants ont péri dans des frappes aériennes contre un camp de réfugiés. D'après l'ONU, des dizaines de personnes ont été blessées, et de nombreuses tentes ont aussi été entièrement détruites. Les Nations unies dénoncent un crime de guerre.

Jeudi, un camp situé dans la province d'Idleb (nord), où avaient trouvé refuge des familles ayant fui les combats dans la région voisine d'Alep  où une trêve de deux jours a été mise en place, a été la cible de raids aériens. Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a affirmé que les raids avaient ciblé le camp d'Al-Kammouna près de la localité de Sarmada, frontalière de la Turquie, sans dire quel pays était derrière les frappes.

«Ces campements de tentes étant installés sur place depuis plusieurs semaines et faciles à voir du ciel, il est extrêmement improbable que ces attaques meurtrières soient accidentelles. Il est beaucoup plus probable qu'elles aient été délibérées et constituent un crime de guerre», a affirmé le Haut-Commissaire Zeid Ra'ad Al Hussein. Il souligne que «des rapports préliminaires suggèrent que ces attaques ont été menées par le gouvernement syrien», mais considère que «ces informations restent à vérifier».

«Aucun aéronef russe ou autre n'a survolé» cette zone, a assuré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov , estimant que le camp de déplacés pouvait avoir été victime d'une attaque au sol par les djihadistes du Front Al-Nosra, alors que les rebelles syriens accusent l'aviation du régime de Damas d'être responsable de l'attaque.

L'armée du président syrien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 il y a 11 mois

    on s'en fout