Bolloré: la séquence de baisse serait-elle enfin terminée ?

le
0

(CercleFinance.com) - Qu'il semble loin, le cours de 5 euros que l'action Bolloré dépassait régulièrement au cours des 7 premiers mois de l'année 2015 ! Cependant, un mouvement de reprise semble s'amorcer depuis un mois environ pour ce groupe centré notamment sur l'Afrique.

Il faut dire que depuis un an environ, le titre du holding contrôlé par Vincent Bolloré et sa famille ne fait pratiquement que baisser, qui plus est dans des proportions significatives : il est ainsi tombé le 24 juin dernier à 2,84 euros, son plus bas niveau depuis le début de l'année 2013.

Mais depuis lors, l'action s'est reprise de 12%, à 3,2 euros, et se comporte ainsi nettement mieux que l'indice parisien SBF 120 (+ 5,5% dans l'intervalle). Que penser de cette valeur dont la capitalisation de 9,2 milliards est la 45e au sein de l'indice SBF 120, ce qui la classe non loin d'Iliad, de Solvay, de CNP Assurances ou d'ADP ?

Certes, le groupe Bolloré fait beaucoup parler de lui pour sa participation de 15,3% de Vivendi, qui représente l'équivalent de 3,4 milliards d'euros environ. En la matière, la stratégie suivie par la direction du 'conglomédias', où Vincent Bolloré officie en tant que président du conseil de surveillance, est difficile à suivre. Et les investisseurs la boudent : en un an, l'action Vivendi a perdu environ 29% de sa valeur, une performance presque deux fois pire que celle de l'indice CAC 40. En ajoutant d'autres participations cotées, comme celle dans Havas, le groupe Bolloré détenait un portefeuille boursier valorisé près de cinq milliards d'euros à la fin de l'année dernière.

Mais aussi complexe soit-il, le conglomérat qu'est Bolloré peut cependant être appréhendé sous un autre angle : celui de ses métiers et de leurs contributions bénéficiaires. Ainsi en 2015, la division Transport & logistique (T&L) concentrait 569 millions d'euros de résultat opérationnel sur un total de 701 millions pour le groupe dans son ensemble, soit plus de 80% du total. Pour 56% seulement d'un chiffre d'affaires de 10,8 milliards d'euros.

En effet, c'est au sein de T&L qu'est logée la “pépite” africaine du groupe, Bolloré Africa Logistics, bien plus rentable que la division dans son ensemble et coeur du “moteur bénéficiaire” de Bolloré.

Dans cette division, les tendances étaient dernièrement difficiles : la croissance organique des ventes de T&L, qui était de 4% durant l'année 2015 dans son ensemble, 4e trimestre compris, a viré au rouge au premier trimestre 2016 : - 5%. “La situation dans certains pays d'Afrique (Gabon, Congo, Nigeria, Mozambique et Angola) est impactée par la baisse des prix des matières premières et du pétrole”, expliquait le groupe le 12 mai dernier.

La donne pourrait-elle changer en Afrique, continent où les pays émergents ne manquent pas ? En tout cas, le cours du pétrole est largement remonté depuis fin janvier.

Pour l'heure, les analystes se montrent plutôt négatifs sur le titre Bolloré : des sept suivant la valeur selon FactSet, trois sont à la vente, deux à 'conserver' et un seulement à l'achat. Même si l'objectif de cours moyen, à 4,25 euros, présage d'un potentiel de hausse de 33%.

A guetter désormais sur l'agenda du groupe Bolloré pour avoir des nouvelles de T&L : la publication des comptes semestriels, attendus le 1er septembre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant