Bolloré: la purge continue, transport et Afrique inquiètent.

le
0

(CercleFinance.com) - Toujours plus bas pour l'action Bolloré : après la publication de ventes décevantes au titre du premier trimestre 2016, l'action du holding plongeait de plus de 7% à 3,1 euros, à son plus bas niveau depuis mi 2013. Si facialement, la contraction de la Logistique pétrolière reste impressionnante, elle est néanmoins liée à l'évolution des prix du brut et en la matière, le groupe joue le rôle de négociant. C'est plutôt du côté de la rentable division Transport et logistique, bien représentée en Afrique, que réside la déception.

Hier soir en effet, le groupe Bolloré a fait état d'un CA de de 2,4 milliards d'euros au titre du premier trimestre 2016. Soit en données comparables - hors effets de changes et de périmètre - une contraction marquée de 7% !

Que se passe-t-il ? Le premier facteur de cette baisse est la division de Logistique pétrolière, dont Bolloré Energie est l'une des marques et qui, par certains aspects, a des traits communs avec l'activité du groupe Rubis : - 25% en organique, à 463 millions d'euros ! Rappelons que le CA de cette division avait plié dans ces mêmes termes de 32% au T4 2015 et de 20% sur l'ensemble de l'année dernière.

L'essentiel de la baisse de la Logistique pétrolière provient de celle des prix des produits pétroliers, ce sur quoi le groupe n'a pas de prise. De plus, jouant dans cette branche le rôle d'intermédiaire, le prix du brut lui importe relativement peu. Même si cette fois, la situation semble plus difficile : fin février dernier, Bolloré expliquait l'orientation négative de la Logistique pétrolière de 2015 'essentiellement par la baisse des prix des produits pétroliers.' Cette fois, le groupe évoque 'la baisse des prix des produits pétroliers et des volumes'.

Quoi qu'il en soit, l'essentiel est sans doute ailleurs : en effet, la grande majorité du résultat opérationnel du groupe Bolloré provient de la division Transport & logistique, soit environ 60% du CA mais surtout, en 2015, 569 millions de résultat opérationnel pour 701 millions au niveau du groupe dans son ensemble. Cette activité est très présente en Afrique sa “pépite”, Bolloré Africa Logistics. Autant dire qu'il s'agit d'un élément clé pour les profits du groupe.

En 2015 et en données organiques, le CA de la division Transport et logistique avait augmenté de 4%, taux qui valait aussi pour le dernier quart de l'année. Mais au T1 2016, il a reculé de 5% ! “La situation dans certains pays d'Afrique (Gabon, Congo, Nigeria, Mozambique et Angola) est impactée par la baisse des prix des matières premières et du pétrole”, commente Bolloré.

Revenant sur cette publication, les analystes d'Oddo & Cie ne cachent pas leur déception : ils visaient un CA trimestriel de 2.517 millions d'euros et ne tablaient que sur une contraction organique du CA de 4% au global (et surtout + 2% pour Transport et logistique). Causes de la déception dans ce dernier cas : la baisse des taux de fret, des prix du pétrole et des matières premières, et aussi “le ralentissement économique de certains pays d'Afrique comme le Gabon, le Congo, le Nigeria, le Mozambique et l'Angola”, souligne une note. Toujours à l'achat sur le titre, Oddo a cependant réduit son objectif de cours de 6,1 à 5 euros.

Natixis partage ce sentiment en attribuant la déception au pôle Transport et logistique (et non à la Logistique pétrolière) en raison du 'ralentissement de l'activité en Afrique'. 'La performance de l'activité 'ports' n'est pas détaillée, mais doit probablement rester bonne en raison de leur moindre cyclicité. Les volumes de la commission de transport sont par ailleurs toujours en hausse', indique une note.

Quoi qu'il en soit, en raison du pôle Transport, Natixis abaisse ses prévisions bénéficiaires et donc son objectif de cours de 4,2 à 3,8 euros, tout en restant neutre sur l'action Bolloré.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant