Bollène : le mariage entre deux homosexuelles sera finalement célébré

le
5
Bollène : le mariage entre deux homosexuelles sera finalement célébré
Bollène : le mariage entre deux homosexuelles sera finalement célébré

Trois mois après que la loi sur le «mariage pour tous» a été adoptée par le Parlement, la justice avait ouvert une enquête préliminaire à l'encontre de la maire d'extrême droite de Bollène (Vaucluse), Marie-Claude Bompard (Ligue du Sud), qui refusait de marier un couple de femmes et de déléguer son pouvoir à ses adjoints, en raison de ses convictions religieuses.

L'adjointe à la Culture à la mairie de Bollène célèbrera finalement l'union, selon un communiqué de la préfecture publié ce mardi soir. Yannick Blanc, préfet du Vaucluse, se félicite de cette issue qui illustre «la capacité de l'État à faire respecter l'égalité des droits des citoyens sur le territoire», a-t-on ajouté.

Florian Philippot, vice-président du Front national, avait estimé que Mme Bompard, une ancienne figure du FN en Provence-Alpes-Côte d'Azur, devait «respecter la loi», marier ou déléguer. De son côté, le Parti socialiste avait parlé de «discrimination inacceptable».

À Bollène, les deux jeunes femmes n'avaient pas souhaité déposer plainte. Elles avaient cependant été entendues lundi par la gendarmerie. Une enquête préliminaire avait été ouverte lundi à l'encontre de Marie-Claude Bompard par le parquet de Carpentras pour «obstruction à la loi par une personne dépositaire de l'autorité publique». L'élue encourait alors cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

Mardi, Marie-Claude Bompart avait diffusé une lettre adressée au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, dans laquelle elle demande l'instauration d'une «clause de conscience, comme cela existe déjà pour plusieurs professions comme celle de journaliste ou de pigiste, afin que les maires puissent voir leur conscience respectée».

«Une posture politique» selon la Fédération LGBT

Face au refus de la maire de Bollène d'appliquer la loi, les associations militantes pour les droits des homosexuels s'étaient empressées de réagir. Nicolas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 28 aout 2013 à 00:00

    ELLE aurait du démissionner, car à sa place je l’aurais fait…nouvelle élection municipale je suppose ? Peut-il se représenter ou se faire représenter ?...Les mois passent, nouveau refus…nouvelle démission…etc…etc ?...il doit bien y avoir moyen de moyenner contre cette loi scélérate ?... Et pendant ce temps là, les deux « ko//nards »vont voir ailleurs, dans un fief d’homos ». il y aura des communes d’homos, comme il y a des camps de nudistes ?...…pas belle la vie

  • LeRaleur le mardi 27 aout 2013 à 18:29

    La loi doit être respectée, la loi c'est la loi ; malgré ce que font les barbus. Mais quand MLP sera présidente en 2017, elle l'abolira.

  • frk987 le mardi 27 aout 2013 à 18:19

    Mort de rire, voilà le FN pro mariage gay, comme le bouchon au fil de l'eau, leurs convictions comme leur programme économique est en train de devenir celui du PS dans la nullité !!!!

  • ske007 le mardi 27 aout 2013 à 18:12

    Le F.N. s'est opposé, mais une fois la loi adoptée, s'efforce de faire respecter la loi!ce qui montre que ça devient un parti republicain!

  • mauralph le mardi 27 aout 2013 à 18:00

    Tiens, le FN retourne sa veste a croire q'il a voté pour cette loi