Bolivie-Meurtre du ministre adjoint de l'Intérieur

le , mis à jour à 07:07
0
 (Actualisé avec précisions du ministre de la Défense § 1, 5-7) 
    LA PAZ, 26 août (Reuters) - Le ministre bolivien adjoint de 
l'Intérieur, Rodolfo Illanes, a été tué après avoir été enlevé 
par des mineurs en grève, a annoncé jeudi soir le gouvernement, 
et une centaine de personnes ont été arrêtées par les autorités. 
    "A l'heure actuelle, tout indique que notre ministre adjoint 
Rodolfo Illanes a été brutalement et lâchement assassiné", a dit 
le ministre du Gouvernement Carlos Romero dans des commentaires 
diffusés par les médias. 
    Rodolfo Illanes était allé parler aux manifestants jeudi à 
Panduro, à 160 kilomètres de la capitale bolivienne, La Paz, 
quand il a été intercepté et enlevé par des mineurs en grève, a 
précisé le ministre. 
    Le gouvernement tente de récupérer sa dépouille, a ajouté 
Carlos Romero. 
    Le ministre de la Défense, Reymi Ferreira, s'est montré ému 
à la télévision, décrivant comment le ministre adjoint, nommé à 
son poste en mars, avait manifestement été "battu et torturé à 
mort". 
     L'assistant d'Illanes est parvenu à s'échapper et est 
hospitalisé à La Paz, a-t-il ajouté. 
    "Ce crime ne restera pas impuni. Les autorités mènent 
l'enquête (...) envion cent personnes ont été arrêtées", a-t-il 
poursuivi. 
    Les manifestations de mineurs réclamant des changements 
législatifs ont causé plusieurs blocages routiers cette semaine. 
Deux mineurs ont été tués mercredi par des tirs de la police. 
Selon le gouvernement, 17 policiers ont été blessés. 
    La fédération nationale des coopératives minières de 
Bolivie, un temps l'alliée du président Evo Morales, a entamé 
des manifestations illimitées après l'échec de négociations dans 
le secteur minier. 
    Les manifestants demandent davantage de concessions minières 
ainsi que des règles environnementales moins strictes, leur 
permettant notamment de travailler pour des sociétés privées et 
d'être mieux représentés par des syndicats. 
    La majorité des mineurs de Bolivie, l'un des pays les plus 
pauvres d'Amérique du Sud, travaillent dans des coopératives, 
pour lesquelles ils extraient de l'argent, de l'étain ou du 
zinc. 
    Le président bolivien Evo Morales a nationalisé le secteur 
des ressources naturelles, et notamment le gaz naturel qui 
fournit au pays la moitié de ses exportations, après son 
accession au pouvoir en 2006.  
    Cette mesure avait à l'époque été saluée, les fonds issus de 
la nationalisation ayant été dévolus à des programmes sociaux et 
d'aide au développement. 
 
 
 (Daniel Ramos; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant