Bolivie : 93 NTM

le
0
Bolivie : 93 NTM
Bolivie : 93 NTM

La Bolivie ne verra pas la Russie en 2018. Parce que quand l'équipe n'est pas très forte, que la Fédération implose, qu'on aligne un joueur inéligible et que le sélectionneur réunit 93 hommes, cela s'appelle un suicide.

C'est une erreur qui coûte cher. Très cher. Nelson Cabrera, ancien international paraguayen, est devenu membre de la sélection bolivienne après sa naturalisation en février dernier. Problème, la Fédération bolivienne a décidé d'outrepasser les lois de la FIFA et de faire jouer le défenseur de trente-trois ans lors de deux journées d'éliminatoires pour le Mondial en Russie. Deux rencontres lors desquelles la Bolivie avait, pour une fois, fait bonne figure, battant le Pérou et arrachant un nul à son rival chilien (0-0). Mais la semaine dernière, le couperet est tombé : Cabrera ne pouvait pas encore jouer pour la Verde, un joueur ne pouvant prétendre à un changement de sélection nationale qu'après avoir passé cinq ans ininterrompus dans son nouveau pays. Résultat, deux défaites sur tapis vert sur le score de 3-0, et un classement totalement chamboulé. Le Chili récupère la place de barragiste de l'Argentine. Et la crise au sein de la Fédération bolivienne, déjà bien présente depuis longtemps, s'accentue. "C'est une honte, on va faire tomber toutes les têtes ", a balancé Marco Peredo, vice-président de la fédé bolivienne et président de la Ligue nationale. Même son de cloche chez Walter Flores, joueur cadre de cette sélection : "C'est le fruit d'une incompétence totale de nos dirigeants. La Bolivie a besoin d'un président de la Fédération qui aime le football de son pays et qui connaît le règlement. C'est très dur à avaler." Pour tous, le responsable est trouvé : Rolando López, le président de cette instable fédération. Lui s'est dédouané de toute responsabilité, affirmant que le joueur en question n'avait jamais parlé de son passé d'international guarani. Décryptage d'une crise interminable.

Un rassemblement à 93 joueurs


Un petit retour en arrière s'impose. L'année dernière, l'instance du football bolivien connaissait déjà une

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant