Boli : « Je vois des attitudes inadmissibles » à l'OM

le
0
Boli : « Je vois des attitudes inadmissibles » à l'OM
Boli : « Je vois des attitudes inadmissibles » à l'OM

L'inoubliable buteur de Munich, le 26 mai 1993 face à l'AC Milan (1-0), aujourd'hui ambassadeur du club phocéen, ne cache pas sa colère et son incompréhension face au marasme qui agite l'OM, triste 14e de Ligue 1. Il ne cautionne pas, en revanche, les nombreux débordements intervenus dimanche soir, après le nul face à Bordeaux (0-0), et dénonce les insultes proférées à l'adresse de l'épouse du président Vincent Labrune.

Pourquoi êtes-vous descendu juste après le match en zone mixte pour évoquer la composition de départ de Marseille face à Bordeaux ?

BASILE BOLI. J'avoue avoir été très déçu du choix de l'entraîneur. Il a évidemment le droit d'aligner l'équipe qu'il souhaite. Mais il y a des choses que je ne comprends pas. On me dit qu'à Bastia Michel voulait titiller Batshuayi. Il l'a mis sur le banc de touche. Mais Batshuayi est entré en jeu là-bas et il a marqué. Cela veut dire qu'il avait compris le message. Mais face à Bordeaux, il est retourné sur le banc ! Je ne comprends toujours pas. Pour moi, il est meilleur que l'Ecossais Fletcher qui a été aligné en pointe à sa place.

Avez-vous d'autres reproches à formuler à Michel ?

Je dis juste que, quand un entraîneur est en difficulté, il peut s'appuyer sur des gens en place pour se faire aider. Avoir des problèmes, c'est normal dans ce métier. Surtout à Marseille. Mais rester tout seul, cela ne sert à rien.

Mais les joueurs ne sont pas irréprochables, vous en convenez ?

Je suis complètement d'accord. Les supporteurs ont le droit d'exiger une seule chose : le respect du maillot. Et contre Bordeaux, je ne l'ai pas vu. Bon sang, l'OM n'a plus gagné au Vélodrome depuis des mois et tout le groupe devrait être fou de colère. Ce n'est pas le cas. Je vois des attitudes inadmissibles.

«Les supporteurs aimeraient-ils qu'on insulte leur mère ou leur femme ?»

Et comment jugez-vous la colère des supporteurs marseillais ? Sans protection ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant