Boko Haram tue 8 villageois et en enlève 135 dans le nord du Cameroun

le , mis à jour à 21:29
0
Boko Haram tue 8 villageois et en enlève 135 dans le nord du Cameroun
Boko Haram tue 8 villageois et en enlève 135 dans le nord du Cameroun

Plus une semaine ne passe sans que le sang ne coule au cœur de l'Afrique de l'Ouest. Les islamistes nigérians de Boko Haram ont de nouveau attaqué dans la nuit de lundi à mardi l'extrême-nord du Cameroun. Le bilan du raid est lourd : au moins huit villageois tués et 135 enlevés dans cette région frontalière de plus en plus ciblée par le groupe qui y mène aussi des attentats-suicides. Les islamistes ont également incendié des dizaines de maisons selon des habitants du village de Tchakamari, à 2 km de la frontière avec le Nigeria.

Après une période d'accalmie, le groupe islamiste nigérian Boko Haram a repris ses attaques dans la région menant ces dernières semaines cinq attentats-suicides dans les localités de Fotokol et Maroua.

Une nouvelle stratégie d'attaques

Ces attentats-suicides, au Nigeria, comme au Cameroun et au Tchad, voisins du nord-est du Nigeria, relèvent d'une nouvelle stratégie des islamistes. Affaiblis par la mobilisation des armées régionales (surtout du Tchad) qui ont pénétré au Nigeria pour reprendre l'essentiel des localités dont ils s'étaient emparés, ils mènent ces attentats en se cachant au milieu des civils, notamment dans les grands marchés qui rassemblent traditionnellement beaucoup de monde.

Certains sont perpétrés par de jeunes femmes, vêtues de voiles islamiques intégraux se prêtant à la dissimulation d'objets, qui se font exploser ou dont les explosifs sont activés à distance.

Face à cette situation de plus en plus instable, Yaoundé a annoncé l'envoi dans le lointain Extrême-Nord de 2000 soldats supplémentaires pour contrer Boko Haram. Sur place, la population craint de nouvelles attaques. Les autorités, notamment par l'activation de comités de vigilance et les dénonciations, tentent de repérer et neutraliser les complices infiltrés des islamistes, n'hésitant pas à expulser les réfugiés nigérians... ayant fui les violences de Boko Haram.

«Quelque 12 000 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant