Boko Haram sème la mort au Nigeria et au Tchad

le , mis à jour à 17:12
0
Boko Haram sème la mort au Nigeria et au Tchad
Boko Haram sème la mort au Nigeria et au Tchad

Un attentat-suicide perpétré par un homme déguisé en femme a visé le marché central de N'Djamena (Tchad), samedi matin, faisant une quinzaine de morts et 80 blessés, dont quatre graves. «Une femme habillée en burqa (voile intégral islamique) est arrivée à l'entrée du marché, et un gendarme a demandé à la fouiller», les mesures de sécurité ayant été considérablement renforcées dans la capitale tchadienne ces dernières semaines, a expliqué un responsable policier.

«C'est à ce moment-là qu'elle a actionné sa ceinture d'explosifs», a-t-il ajouté. Le bilan provisoire est de 14 morts: 9 femmes commerçantes et 5 hommes, dont un gendarme tchadien

A proximité immédiate du lieu de l'attentat, des morceaux de chair humaine étaient éparpillés au milieu de flaques de sang. La tête voilée de l'auteur présumé de l'attentat, arrachée par l'explosion, a été retrouvée près du lieu de l'attentat, et montrée à des journalistes présents sur place.

Le quartier du marché central, situé au coeur de la capitale, a été entièrement bouclé par les forces de sécurité tchadiennes. Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, a «condamné avec la plus grande fermeté l'odieux attentat» de samedi.

L'ombre de Boko Haram

C'était la deuxième fois en moins d'un mois que N'Djamena est frappée par une telle attaque, après le double attentat qui avait fait 38 morts le 15 juin à l'école de police et au commissariat central. Ce double attentat avait été revendiqué par les insurgés islamistes nigérians de Boko Haram auxquels l'armée tchadienne a infligé de sérieux revers.

Invoquant des mesures de sécurité après la double attaque de juin, les autorités tchadiennes avaient totalement interdit le port du voile intégral, dans ce pays majoritairement musulman. Boko Haram a perpétré de nombreux attentats-suicide au Nigeria depuis six ans, utilisant notamment des femmes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant