Boko Haram revendique les attentats au Tchad et au Nigeria

le
0
Boko Haram revendique les attentats au Tchad et au Nigeria
Boko Haram revendique les attentats au Tchad et au Nigeria

Boko Haram a revendiqué, samedi, l'attentat commis sur le marché de N'Djamena, la capitale du Tchad. Sur Twitter, la revendication était signée «Etat Islamique, Province d'Afrique de l'Ouest», appellation que se donne Boko Haram depuis qu'il a fait allégeance en mars dernier au groupe Etat Islamique (EI), a indiqué le centre de surveillance des sites islamiques (SITE), qui a son siège aux Etats-Unis.

«La Province d'Afrique de l'Ouest (anciennement Boko Haram) de #ISIS (acronyme anglais de l'EI, ndlr) a revendiqué les attentats suicide d'aujourd'hui au Tchad et au Nigeria», écrit SITE sur Twitter. Dans sa revendication, Boko Haram montre les visages des kamikazes et affirme qu'ils ont «frappé des bastions de mécréants en Afrique de l'Ouest», précise SITE dans un communiqué.

Samedi, un homme habillé en femme, le visage dissimulé par un voile intégral a essayé «d'infiltrer le marché. Il a été intercepté par les gendarmes, qui lui ont demandé de se démasquer. C'est à ce moment qu'il a déclenché sa ceinture d'explosifs», a détaillé Paul Manga, porte-parole de la police. 

Pleine période de ramadan

Neuf commerçantes et six hommes ont été tués, dont un gendarme tchadien. Le kamikaze a également péri dans l'explosion. Sa tête voilée, arrachée par l'explosion, a été retrouvée près du lieu de l'attentat, et montrée à des journalistes sur place. A proximité immédiate du lieu de l'attentat, des morceaux de chair humaine étaient éparpillés au milieu de flaques de sang.

Aussitôt après l'attaque, commerçants et badauds ont fui le marché dans un mouvement de panique. «Tout le monde est très choqué», a confié un responsable policier, d'autant que «nous sommes en pleine période de ramadan», le mois de jeûne musulman.

Le quartier du marché central, situé au coeur de la capitale, a été entièrement bouclé par les forces de sécurité tchadiennes. Selon des sources sécuritaires, le Premier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant