Boko Haram attaque une île nigérienne du lac Tchad, 23 morts

le
0

(Actualisé avec nom de l'île, nombre de morts) NIAMEY, 21 février (Reuters) - Au moins 23 personnes ont été tuées dans les combats entre Boko Haram et l'armée du Niger sur l'île de Karamga, sur la partie nigérienne du lac Tchad, selon un rapport de l'armée diffusé samedi. Les islamistes ont attaqué l'île vendredi soir. Après des combats intenses, les combattants de Boko Haram ont fini par être repoussés samedi matin, ont indiqué les services de sécurité du Niger. Sept soldats nigériens et un civil ont été tués ainsi que 15 combattants de Boko Haram, indique le rapport de l'armée. La zone du lac Tchad, un labyrinthe de petites îles et de marécages, est fréquemment utilisé par la secte islamiste, qui en a fait un repaire d'où elle lance des attaques vers les pays qui bordent l'étendue d'eau. "Il y a eu des tirs d'armes lourdes et de mitrailleuses vers 20h00 heure locale", a dit un habitant de N'Guigmi, une localité située non loin des combats, attaquée ce mois-ci par Boko Haram. L'une des sources au sein des services de sécurité a expliqué que l'île pourrait offrir à Boko Haram une base stratégique lui permettant de coordonner de nouvelles offensives. La semaine dernière, des combattants de la secte à bord d'embarcations motorisées ont attaqué un village de pêcheurs au Tchad, tuant au moins cinq personnes, ses premières victimes connues sur le sol tchadien. Le groupe sunnite, qui a fait plusieurs milliers de morts depuis six ans au Nigeria, contrôle un territoire équivalent à la superficie de la Belgique dans le nord-est du pays. Il a multiplié les attaques dans les pays voisins ces derniers mois. Le Nigeria, le Niger, le Tchad et le Cameroun ont amplifié leur riposte contre lui, menant des offensives au coeur des territoires contrôlées par ce groupe qui se réclame d'un islam sunnite radical. Avec le Bénin, ces pays ont décidé de former une force de 8.700 soldats pour combattre directement Boko Haram. Une réunion doit avoir lieu la semaine prochaine à N'Djamena, la capitale tchadienne, pour finaliser le projet. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est arrivé samedi au Tchad dans le cadre d'une mini-tournée de 48 heures qui doit le mener également au Cameroun et au Niger. Il a débuté sa visite par un entretien avec le président Idriss Déby. "Je lui ai dit la solidarité et le soutien de la France à l'égard du Tchad", a-t-il déclaré à la presse, ajoutant attendre des pays africains qu'ils prennent la tête du combat contre Boko Haram. La France, ex-puissance coloniale dans la région, y maintient une importante présence militaire et apporte depuis deux mois son soutien en matière de renseignement à la lutte contre Boko Haram. (Abdoulaye Massalaki, avec Madjiasra Nako; Nicolas Delame, Marc Angrand et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant