Boissons : avec ou sans alcool, les cocktails ont la cote

le , mis à jour à 09:43
0
Boissons : avec ou sans alcool, les cocktails ont la cote
Boissons : avec ou sans alcool, les cocktails ont la cote

Les températures estivales — voire au-dessus des normales saisonnières aujourd'hui et demain -- font leur grand retour. Et pour fêter cela, rien de tel que de siroter un verre entre amis. Sur la terrasse aérienne du Nuba, un bar branché parisien qui surplombe les quais de Seine, les punchs et les margaritas côtoient les bières sur les tables colorées de cette guinguette bobo. Le spritz est aussi adoré. Affiché au prix de 10 €, ce cocktail fait partie des meilleures ventes du bar. Luc, 36 ans, en est adepte. « Cela me rappelle mes vacances en Toscane, à Florence. J'en buvais en terrasse en mangeant des gressins. La dolce vita en somme ! » « Dès qu'on en boit, surtout lorsqu'il fait chaud, on se sent en vacances, même si elles sont loin », poursuit son ami Renaud, qui a repris le travail début août.

 

Pour Romain Taieb, le directeur du Nuba, cette saison est avant tout placée sous le signe de la fraîcheur avec des classiques : « On vend beaucoup de mojitos qui sont toujours autant prisés, quel que soit leur goût, mais aussi des vins rosés ou encore des caïpirinhas. » Une tendance que vient confirmer l'oeil expert du champion du monde 2015 de cocktails, Franck Dedieu : « Un jus de fruits frais, comme l'orange ou le citron, reste indispensable dans les cocktails. »

 

Retour aux vieux alcools

 

Pour le directeur du Nuba, c'est aussi « une manière de retrouver les parfums de l'enfance agréables en bouche », qui s'impose aux badauds diurnes installés au soleil le temps d'un après-midi estival, comme aux oiseaux de nuit dans les clubs.

 

La fraîcheur, parfois acidulée, des cocktails s'accompagne également d'un retour aux produits du terroir. Cet été, Romain Taieb a constaté un retour aux vieux alcools français. « La Suze ou le pastis reviennent aujourd'hui sur le devant de la scène dans les bars. Les gens consomment français. Ils retrouvent aussi le goût d'éléments parfois oubliés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant