Boissières et ses adieux à la terre

le
0
Boissières et ses adieux à la terre
Boissières et ses adieux à la terre

Cette fois, on y est. Près de 300 000 spectateurs sont attendus le long du chenal et des remblais des Sables-d'Olonne (Vendée) pour voir, à 13 h 2, les marins engagés dans le Vendée Globe — le tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance — prendre le large. Les conditions annoncées — un flux de nord - nord-est — sont idéales et laissent envisager un passage de l'équateur d'ici huit jours. Le record établi il y a quatre ans par François Gabart (78 jours, 2 heures et 16 minutes) pourrait bien tomber. A bord de « la Mie-Câline », Arnaud Boissières rêve d'exploit. Le Sablais de 44 ans nous raconte ses derniers instants à terre.

 

Une ultime soirée avec ses proches

 

« Je tiens à passer mon dernier dîner à terre avec ma femme, mes parents, mes sœurs, mes beaux-parents, mes amis, mon équipe technique et mes sponsors. Je fais partager mon histoire. J'ai envie que ce dernier repas soit un excellent souvenir qui m'accompagnera pendant la course. Je pars tôt, vers 21 h 30 et, comme il y a quatre ans, je passe voir le bateau avec ma compagne pour un dernier moment d'intimité à bord, avant le rush du dimanche matin. J'ai du mal à quitter mon bateau depuis quelque temps. »

 

J'ai l'avantage de pouvoir passer ma dernière nuit à la maison. Depuis quelques semaines, déjà, je dors moins bien. La dernière nuit est encore pire. En 2012, je n'avais dormi que quatre heures. On est à la fois excité et ému. On pense aux premières manœuvres, à cette sortie du ponton qu'il faudra bien négocier. J'ai aussi peur d'avoir oublié quelque chose d'important. Lors de mon premier Vendée Globe (2008), j'avais oublié du dégraissant. Ça paraît idiot mais la première nuit j'ai eu une fuite de gazole et je n'ai jamais pu nettoyer à fond le bateau. Il y a quatre ans, ma hantise était d'oublier de dire au revoir à ma maman ! »

 

Le ponton et l'étreinte « à ma mère et à ma compagne »

 

« Mon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant