Bois de Boulogne : passe d'armes sur les prostituées

le
0
Le préfet révèle le doublement de leur nombre dans le bois de Boulogne au moment où des élus jugent qu'elles sont harcelées par la police.

Les camionnettes fatiguées qui campaient au c½ur du bois de Boulogne n'ont plus droit de cité. Les prostituées habituées de longue date à y monnayer leurs charmes ont été priées d'appâter le chaland à pied ou en voiture. La conséquence d'un arrêté signé le 1er mars dernier par l'ancien préfet de police, Michel Gaudin, et désormais strictement appliqué, à la fureur des professionnelles du sexe. Une centaine a ainsi manifesté, le 18 mai, pour dénoncer le «harcèlement » quotidien de la police.

La polémique a rebondi mercredi lors du Conseil de Paris avec l'adoption d'un v½u à l'initiative des écologistes d'EE-LVA. Les élus demandent au nouveau préfet de police, Bernard Boucault, de préserver l'ambition de réglementer le stationnement et la circulation dans le bois, mais en donnant des consignes strictes pour que la police ne réprime pas les péripatéticiennes . «Hors de leur camionnette, elles se heurtent à un risque élevé de verser dans

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant