Bogota suspend les visites de négociateurs des Farc en Colombie

le
0
    BOGOTA, 19 février (Reuters) - Le gouvernement colombien a 
suspendu jeudi les visites effectuées en Colombie par les 
membres des Farc qui négocient à Cuba, estimant qu'elles 
violaient les termes d'un accord conclu entre Bogota et la 
rébellion marxiste.  
    Les membres de la délégation des Farc (Forces armées 
révolutionnaires de Colombie) qui négocie depuis 2012 à La 
Havane avec le gouvernement ont obtenu à cinq reprises la 
permission de retourner dans leur pays pour expliquer l'accord 
de paix en cours de discussion.  
    Mais le gouvernement a estimé que les négociateurs avaient 
enfreint les règles fixées par Bogota lors de leur dernière 
visite dans la province rurale de La Guajira, dans le nord de la 
Colombie. Trois membres des Farc ont alors rencontré des 
habitants et participé à des réunions publiques en présence 
d'hommes armés. 
    "Sur instruction du président, les visites pédagogiques des 
délégués des Farc dans leurs campements pour expliquer les 
accords sont suspendues", a déclaré le négociateur en chef du 
gouvernement, Humberto de la Calle, à la télévision.  
    "Une règle fondamentale est qu'ils ne doivent pas faire de 
politique avec des armes. Il s'agit donc d'une violation 
inacceptable", a-t-il dit.  
    Des images des négociateurs entourés d'habitants et de 
combattants des Farc en uniforme et en armes ont notamment 
circulé sur Twitter, suscitant de vives critiques des opposants 
hostiles aux pourparlers de paix, parmi lesquels l'ex-président 
Alvaro Uribe. 
    Les autorités de Bogota et les Farc espèrent parvenir d'ici 
au 23 mars à un accord pour mettre fin à la plus ancienne 
insurrection du continent sud-américain, qui a fait plus de 
220.000 morts et des millions de déplacés en cinquante ans. 
 
 (Helen Murphy; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant