Boeing refuse de fixer un objectif de parts de marché

le
0

FARNBOROUGH, Grande-Bretagne (Reuters) - Boeing s'est montré lundi déterminé à gagner autant de commandes que possible face à Airbus tout en se refusant à fournir un objectif spécifique de parts de marché.

Le constructeur américain devrait prendre sa revanche sur son rival européen au salon aéronautique de Farnborough qui s'est ouvert lundi près de Londres, grâce à la version remotorisée de son monocouloir vedette, le B737MAX, un an après le raz-de-marée de commandes engrangées par l'avionneur européen au salon du Bourget.

Boeing a annoncé lundi la première grosse commande du salon, 75 B737MAX pour un total de 7,2 milliards de dollars, passée par le loueur américain Air Lease.

"On ne se lance pas dans des campagnes (commerciales) en pensant perdre ou en pensant à 50 ou 40%. Chaque campagne est une opportunité précieuse et nous avons pour objectif de gagner autant que possible", a déclaré Ray Conner, nouveau patron de la division commerciale de Boeing lors d'une conférence de presse.

"Je ne vais pas me lier à des niveaux de parts de marché (...). Nous sommes concentrés sur le fait de produire et de gagner", a-t-il ajouté.

Les tensions sont montées d'un cran entre les deux rivaux mondiaux après l'offensive réussie d'Airbus dans le territoire de prédilection de Boeing avec la version améliorée de son monocouloir A320.

Jim Albaugh, le prédécesseur de Ray Conner, avait dit récemment que Boeing défendrait une part de marché de l'ordre de 50%.

Ray Conner a déclaré s'attendre à une forte hausse du chiffre d'affaires de Boeing cette année, comme en 2012.

"Le marché de l'aviation continue à être très solide", a-t-il souligné, tout en disant surveiller de près la volatilité des cours du pétrole et la disponibilité des financements pour les achats d'appareils.

Ray Conner a ajouté que Boeing était "absolument déterminé" à mener à bien ses projets de nouvelles versions des long-courriers 787 et 777 - le 787-10 et le 777X, sans pour autant fournir de date spécifique pour une prise de décision.

Tim Hepher et Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant