Boeing ravit à Airbus le contrat des ravitailleurs

le
0
EADS, maison-mère d'Airbus, dispose de dix jours pour faire appel sur ce contrat américain de 35 milliards de dollars. Louis Gallois, le président exécutif du constructeur européen, se dit «déçu et perplexe». En Bourse, Boeing grimpe et EADS recule.

De notre correspondant à Washington

Le Pentagone a choisi Boeing et non pas EADS pour lui livrer 179 avions-citernes ravitailleurs. Le groupe européen avait pourtant, en 2008, décroché ce contrat géant estimé à 35 milliards de dollars. Mais Boeing était parvenu à faire invalider cette victoire. Dans un climat politiquement chargé, Boeing avait argué d'erreurs commises par les experts de l'US Air Force dans l'évaluation de leur offre. «Déçu et perplexe», selon les termes du président exécutif du constructeur européen, EADS dispose de dix jours pour saisir à son tour la Cour des comptes américaine qui aurait cent jours pour trancher. A la Bourse de Paris, EADS recule de 0,58% à 20,65 euros, alors que le CAC 40 progresse de 1,67%. De son côté, Boeing grimpe de 3,18% à 73,01 alors que le Dow Jones avance de 0,54% à 12.134 points.

EADS proposait d'assembler dans une usine de l'Alabama, spécialement construite à cet effet, une version militaire dérivée de l'Ai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant