Boeing prévoit de supprimer jusqu'à 8.000 postes cette année

le
2
BOEING POURRAIT SUPPRIMER JUSQU'À 8.000 POSTES CETTE ANNÉE
BOEING POURRAIT SUPPRIMER JUSQU'À 8.000 POSTES CETTE ANNÉE

(Reuters) - Boeing prévoit de supprimer jusqu'à 8.000 postes cette année dans ses activités d'avions de ligne, a-t-on appris mercredi de deux sources proches de la situation, une mesure qui pourrait permettre au groupe de réduire ses coûts d'un milliard de dollars (880 millions d'euros).

L'avionneur américain avait admis plus tôt qu'il prévoyait de supprimer d'ici la fin du premier semestre environ 4.000 postes dans sa division d'avions de ligne et 550 autres postes dans ses activités d'essais et de tests en laboratoire.

Mais des sources ont déclaré mercredi à Reuters que l'objectif de la société était de réduire de 10% ses effectifs au sein de la division d'avions de ligne sur les quelque 80.000 qu'elle compte aujourd'hui.

Selon Boeing, le chiffre de 8.000 est hypothétique et le groupe ne s'est fixé aucun objectif chiffré en terme de suppressions de postes.

"Même s'il n'y a aucun objectif de réduction des effectifs, plus nous pouvons contrôler les coûts dans leur ensemble, moins il y aura d'impact sur l'emploi", a dit Doug Alder, porte-parole du groupe américain.

Les projets de Boeing n'ont pas soulevé l'enthousiasme des investisseurs, le titre ayant enregistré un recul de 1,75% à Wall Street, signant la plus forte baisse des valeurs cotées au Dow Jones.

(Alwyn Scott,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 il y a 11 mois

    @fifif2. C'est le coût moyen d'un fonctionnaire en France. Il ne faut pas compter que le salaire net mais le brut et les charges (local, chauffage, poste de travail (PC, licences), ..) etc.

  • luc00115 il y a 11 mois

    Le marché de l'emploi est en pleine effervescence aux Etats-Unis. Les personnes qui seront licenciées n'ont pas les petits salaires des barmen et des mi-temps employés chez Walmart.