Boeing et SpaceX construiront les "taxis de l'espace"

le
0

(Actualisé avec réactions et commentaires) par Irene Klotz et Andrea Shalal CAP CANAVERAL/WASHINGTON, 17 septembre (Reuters) - La Nasa a choisi mardi Boeing BA.N et SpaceX (Space Exploration Technologies) pour construire les "taxis de l'espace" qui transporteront les astronautes vers la station spatiale internationale (ISS). Le contrat, d'un montant total de 6,8 milliards de dollars avec 4,2 milliards pour Boeing et 2,6 milliards pour SpaceX, porte sur la construction de capsules pouvant contenir chacune sept passagers. Boeing et SpaceX, une entreprise californienne dirigée par Elon Musk, également le directeur général du constructeur de voitures électriques Tesla Motors TSLA.O , ont pour mission de réaliser les premiers vols en 2017, a précisé la Nasa. Depuis l'abandon du programmes de navettes spatiales en 2011, la Nasa dépend de capsules russes Soyouz pour le transport de ses astronautes. L'agence américaine débourse 70 millions de dollars par astronaute. Washington souhaitait faire aboutir rapidement ce contrat en raison notamment de la dégradation de ses relations avec Moscou du fait du conflit en Ukraine. La Chine, seul autre pays avec les Etats-Unis et la Russie à pouvoir envoyer des hommes en orbite, ne participe pas au programme de l'ISS qui réunit quinze pays. CAPSULES Boeing prévoit la construction de trois capsules baptisées CST-100 qui seront assemblées au Kennedy Space Center, en Floride. Ces capsules seront lancées par des fusées Atlas 5, construites par United Launch Alliance, une coentreprise entre Boeing et Lockheed Martin LMT.N . SpaceX avait déjà un contrat avec la Nasa pour transporter du matériel vers la station spatiale à bord d'un vaisseau baptisé Dragon. L'entreprise se propose de l'améliorer afin qu'il puisse accueillir également des passagers. Les deux sociétés conserveront la propriété de leurs véhicules qu'ils pourront utiliser en dehors de la Nasa, pour transporter des "touristes de l'espace" par exemple. "SpaceX est très honoré par la confiance que la Nasa a placée en nous", a déclaré Elon Musk. "C'est une étape primordiale dans le voyage qui nous conduira jusqu'aux étoiles et fera de l'humanité une espèce multiplanétaire", s'est enthousiasmé le jeune milliardaire. Une troisième entreprise, Sierra Nevada Corporation, était en compétition pour ce contrat mais n'a pas été retenue. Pour Boeing, ce contrat est avant tout affaire de symbole et n'aura que peu d'impact sur les résultats du groupe, estime Christian Mayes, spécialiste du secteur au cabinet Edward Jones à St Louis, qui recommande le titre à "conserver". "Sur le plan financier, il faut redescendre sur Terre", plaisante-t-il en soulignant que l'activité espace et réseaux de Boeing représente moins de 10% du chiffre d'affaires du groupe et qu'un contrat de 4,2 milliards de dollars sur plusieurs années "n'apportera pas de changement notable". L'action Boeing a clôturé mardi en hausse de près de 0,8%, contre 0,6% pour le Dow Jones. (Irene Klotz à Cap Canaveral et Andrea Shalal à Washington; Patrick Vignal et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant