Boeing disparu : ouverture d'une enquête pour terrorisme

le
0
Boeing disparu : ouverture d'une enquête pour terrorisme
Boeing disparu : ouverture d'une enquête pour terrorisme

La Malaisie a lancé une enquête pour terrorisme après la disparition samedi d'un Boeing 777 de Malaysia Airlines avec 239 personnes à bord. Le gouvernement a annoncé que les enquêteurs s'intéressent, entre autres, à quatre personnes suspectes à bord du vol MH370 faisant la liaison entre Kuala Lumpur (Malaisie) et Pékin (Chine).

Au moins deux passagers ont utilisé des passeports européens volés. Un Autrichien du nom de Christian Kozel et un Italien du nom de Luigi Maraldi apparaissent sur le manifeste, mais aucun d'eux n'était à bord, selon des responsables. Tous les deux se seraient fait voler leur passeport, respectivement en 2012 et 2013. «Nous n'avons pas trouvé de lien avec le terrorisme, bien que ce soit trop tôt et en aucune façon définitif», a déclaré un responsable américain à Washington. «Juste parce que (les passeports) ont été volés ne veut pas dire que les voyageurs étaient des terroristes», a ajouté un haut responsable du Département de la Sécurité intérieur, selon le «Los Angeles Time», notant qu'ils pouvaient simplement être des «voleurs». Les Etats-Unis, qui avaient trois ressortissants à bord, vont dépêcher des agents et des experts du FBI pour enquêter.

Dépressurisation explosive, rupture de gouverne...

Le spécialiste aéronautique Gérard Feldzer évoque, dans le Parisien-Aujourd'hui en France parmi les hypothèses : la dépressurisation explosive ou la rupture de gouverne. Toujours est-il que le positionnement des débris de l'avion pourrait permettre d'en savoir plus. S'ils sont concentrés cela accréditerait l'hypothèse d'un contact violent de l'avion avec la mer, après une chute brutale. S'ils sont éparpillés, cela pourrait signifier que l'avion aurait pu exploser en vol.

Les recherches n'ont pas permis pour l'instant de retrouver le Boeing. Des avions vietnamiens ont toutefois repéré samedi deux traînées parallèles de carburant de 15 à 20 km de long en mer de Chine du sud. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant