Boeing disparu : la valse des passeports

le
0
Interpol a tenu une conférence de presse à Lyon mardi pour évoquer le vol MH370 disparu en Asie.
Interpol a tenu une conférence de presse à Lyon mardi pour évoquer le vol MH370 disparu en Asie.

Christophe Naudin, expert en sûreté, affirme régulièrement que "les contrôles aux aéroports d'identité ou de sûreté ne servent à rien et sont faciles à contourner". La présence sur le vol MH370 disparu vendredi de deux passagers porteurs de passeports volés abonde en ce sens. Les deux documents, volés en 2012 et 2013 en Thaïlande, l'un à un ressortissant autrichien, l'autre à un italien, avaient été intégrés par Interpol aux bases de données mondiales signalant les passeports volés. Créée au lendemain des attentats du 11 Septembre et largement diffusée, la base de données des passeports comporte 40 millions d'entrées. L'utilisation de ces passeports montre une chaîne de dysfonctionnements et pose plusieurs questions : 1. Les réservations (pour Amsterdam et Copenhague via Pékin sur China Southern Airlines qui vole en code share avec Malaysia Airlines) avec les deux passeports européens volés ont été faites en Thaïlande le 6 mars 2014. Les billets portant des numéros consécutifs ont été émis à Pattaya, station balnéaire de Thaïlande. Première occasion manquée de détecter les passeports. Les numéros des passeports sont visibles par les autorités malaises et chinoises.2. Pour entrer en Chine, les ressortissants européens doivent présenter un visa. Ces autorisations ont donc été apposées par un consulat ou une ambassade chinoise sur des documents volés.3. Au passage de frontière, le policier scanne ou télécopie la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant