Boeing confirme un accord avec IranAir pour l'achat d'avions

le , mis à jour à 23:47
0
 (Actualisé avec précisions, commentaire du département d'Etat) 
    NEW YORK, 21 juin (Reuters) - Boeing  BA.N  a annoncé mardi 
la signature d'un accord sur la vente d'avions de ligne à 
IranAir, confirmant les déclarations officielles iraniennes 
évoquant pour leur part un chiffre de 100 appareils.  
    Ce projet d'accord ouvre la voie à la première vente de 
Boeing en Iran depuis la Révolution islamique de 1979, après 
l'accord sur le programme nucléaire iranien signé l'an dernier 
et la levée des sanctions internationales.  
    Dans un communiqué, le constructeur aéronautique américain a 
précisé avoir signé un protocole d'accord avec la compagnie 
publique iranienne "exprimant l'intention de la compagnie 
d'acheter des avions de transport commercial de passagers 
Boeing". 
    Il s'est refusé à préciser le nombre d'avions en jeu et le 
calendrier prévisionnel des livraisons.  
    Mais le directeur de l'Aviation civile iranienne, Ali 
Abedzadeh avait annoncé, dans un entretien accordé au quotidien 
public Iran, que Téhéran s'était entendu avec Boeing pour 
l'achat de 100 avions et que les parties n'attendaient plus que 
le feu vert du département américain du Trésor.   
    Une telle commande représenterait environ 11 milliards de 
dollars (9,77 milliards d'euros) aux prix catalogue si IranAir 
n'achète que des Boeing 737 monocouloir et peut-être deux fois 
plus si la commande comprend un nombre important de gros 
porteurs 777 ou 787 Dreamliner.  
    Jusqu'ici, Boeing n'avait été autorisé qu'à présenter ses 
produits à IranAir et à d'autres compagnies aériennes du pays 
alors que son rival européen Airbus  AIR.PA  a signé en janvier 
un protocole d'accord pour une commande de 118 avions d'une 
valeur d'environ 27 milliards de dollars (24 milliards d'euros) 
aux prix catalogue.   
    Reuters avait rapporté le 6 juin qu'IranAir discutait avec 
Boeing d'une grosse commande mais cette perspective soulevait 
des inquiétudes de la part de certains membres du Congrès, qui y 
voyaient une menace potentielle à la sécurité nationale. 
    Boeing a précisé dans son communiqué que les négociations 
qui ont débouché sur le protocole d'accord avec IranAir avaient 
été menées "avec l'autorisation du gouvernement américain une 
fois convenu que l'Iran avait respecté ses obligations dans le 
cadre de l'accord nucléaire conclu l'été dernier".     
    Un porte-parole du département d'Etat américain, John Kirby, 
a déclaré à la presse que les services diplomatiques américains 
étaient en lien étroit avec Boeing et que l'accord sur le 
nucléaire iranien de l'été dernier permettait "aux entreprises 
d'aviation civile, y compris américaines, d'entretenir des 
relations commerciales légitimes avec l'Iran".  
    Les progrès enregistrés par ces relations "sont bons (...) à 
la fois pour l'économie et pour la sécurité", a-t-il ajouté.  
    L'action Boeing a perdu 0,93% à 131, dollars à la Bourse de 
New York après avoir atteint un pic de 133,18 dollars juste 
après la confirmation de l'accord. 
 
 (Alwyn Scott, Juliette Rouillon pour le service français, édité 
par Marc Angrand) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant