Bodmer, un VRP en short

le
0
Bodmer, un VRP en short
Bodmer, un VRP en short

Malade et absent du déplacement à Krasnodar jeudi soir, Mathieu Bodmer est devenu en l'espace de quelques années un peu plus qu'un joueur de foot à Nice. Pourquoi ? Car s'il est toujours présent quand on l'appelle, son expérience est aujourd'hui utilisée pour ficeler certains coups, de Ben Arfa l'an passé à Balotelli cet été, grâce à un solide carnet d'adresses.

C'est une cercle privé. Un truc qu'on englobe sous la formule "footballeur à l'ancienne". La lumière y est moins forte, mais les représentants sacrés sont toujours là. On parcourt le trombinoscope et on reconnaît les visages : Jérôme Leroy, Benjamin Nivet, Sébastien Roudet, Julien Féret, Mickaël Pagis... Leroy et Pagis ont quitté le groupe il y a quelques années, mais le reste de la promo fait de la résistance contre le temps et la tournure qu'a prise le foot des années 2000. La tête n'a jamais changé, le style non plus, mais Mathieu Bodmer est toujours là. Autour de lui, il n'y a quasiment que des gamins, mais il n'a pas bougé. Il a simplement changé, évolué vers un rôle avec plus de recul, et a surtout été repositionné au milieu dans le 3-5-2 de Favre à Nice, là où Claude Puel l'utilisait en défense ou même en dix, une fois, contre l'OM (1-1) en février dernier.


Aujourd'hui, Bodmer approche de ses trente-quatre ans, est dans sa dernière année de contrat, mais semble surtout profiter de ses dernières années de foot avant de se retirer, loin d'un milieu avec lequel il n'entretient plus la même relation. Dans l'un des rares entretiens qu'il a accordés, à France Football en mars dernier, voilà comment il l'expliquait : "Je fais partie d'une génération où l'on jouait davantage au foot qu'on ne le regardait. Il n'y avait pas encore internet pour se passer en boucle les gestes des stars du jeu. À la limite, mes héros, c'étaient les grands de mon quartier qui étaient très forts." Mathieu Bodmer n'aime pas les projecteurs, peu les médias et tout ce qui entoure le monde du foot malgré le fait qu'il mange sa quarantaine de matchs par semaine. Pour le plaisir. Alors, il a enfilé progressivement un nouveau costume.

Mathieu, le VRP


Il y a quelques semaines, Nice-Matin révélait que quelques jours après l'arrivée de Mario Balotelli à Nice, Hatem Ben Arfa, parti du club cet été pour rejoindre le PSG, a appelé le président niçois Jean-Pierre Rivère pour lui dire que "parmi les présidents de France, vous êtes celui qui a les plus grosses cojones. Bravo!" C'est simple : l'OGC Nice a…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant