Bobigny : la mère de famille en colère obtient gain de cause

le
0
Pour protester contre le non-remplacement de l'enseignante de sa fille, Nathalie Le Balc'h avait décidé de camper sur le toit de l'école jusqu'à l'envoi d'un remplaçant. Mission accomplie : deux remplaçants viennent d'arriver.

Voilà des semaines que les enfants n'avaient pas eu classe. À l'école Marie-Curie de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, les parents n'en pouvaient plus de voir leurs enfants aller à l'école mais ne pas avoir cours.

Nathalie Le Balc'h, déléguée des parents d'élèves, avait prévenu: si la situation ne se débloquait pas, elle monterait sur le toit de l'école, avec ou sans le soutien des autres parents. Depuis mercredi, elle avait donc planté sa tente sur le toit de l'établissement scolaire avec la ferme intention de n'en redescendre que lorsqu'un professeur vacataire pour la classe de sa fille de 10 ans, qui n'a pas eu de cours depuis 4 semaines, sera envoyé.

Une technique plutôt radicale qui a porté ses fruits: «L'inspecteur de circ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant