BNP veut réduire les effectifs et le réseau de BNL-sources

le , mis à jour à 16:37
1
 (Actualisé avec nouvelle source, contexte) 
    ROME/PARIS, 12 octobre (Reuters) - BNP Paribas  BNPP.PA  a 
l'intention de réduire de 5% les effectifs de sa filiale 
italienne BNL et de fermer plus de 10% de ses agences, a-t-on 
appris mercredi de deux sources syndicales. 
    Le groupe français, qui a racheté BNL en 2006 pour neuf 
milliards d'euros, doit présenter début 2017 un nouveau plan 
stratégique sur trois ans pour ses principaux marchés européens, 
la France, l'Italie, la Belgique et l'Allemagne, sur lesquels il 
a déjà commencé à réduire ses coûts. 
    Chez BNL, ce nouveau plan devrait prévoit la suppression de 
700 emplois et la fermeture de 100 agences d'ici 2020, ont 
déclaré les sources, confirmant une information de l'agence de 
presse Radiocor, au lendemain d'une réunion entre la direction 
et les représentants du personnel. 
    L'une des sources a précisé que les suppressions de postes 
devraient être effectuées via des départs anticipés à la 
retraite.   
    "L'objectif est d'augmenter la rentabilité de la banque", 
a-t-elle dit.  
    La réduction de 30% sur quatre ans de la part variable des 
rémunérations du personnel et 12 jours de congé non rémunérés 
sur deux ans devraient permettre des économies supplémentaires.  
    BNL employait 13.397 personnes fin 2015 selon un document 
interne de BNP que s'est procuré Reuters. La filiale italienne 
comptait alors 812 agences selon le rapport annuel du groupe, 
ainsi que 121 succursales de banque privée, de banque 
d'entreprise ou dédiées à l'international. 
    Les bénéfices imposables de BNL déclinent régulièrement 
depuis 2011 et la banque a essuyé l'an dernier une perte avant 
impôt de 28 millions d'euros contre un bénéfice de 23 millions 
en 2014. BNL affichait fin 2015 812 agences, une baisse de 78 
unités depuis 2012. Le premier semestre de cette année s'est 
soldé par une perte de huit millions, le deuxième par un 
bénéfice imposable de 65 millions.  
     
    L'ITALIE PÈSE LOURD EN MATIÈRE DE PROVISIONS 
    BNP a entrepris ces dernières années de recentrer les 
activités de sa filiale italienne sur "les meilleurs segments 
des entreprises et des PME" dans le but de réduire le coût du 
risque. L'Italie représente en effet à elle seule environ 40% 
des provisions sur créances douteuses du groupe.  
    BNL n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat et une 
porte-parole de BNP Paribas n'a pas souhaité faire de 
commentaire.  
    L'attrition des réseaux d'agences bancaires constitue un 
mouvement généralisé en Europe, auquel BNP participe dans ses 
marchés dits "domestiques".  
    En France, la banque de la rue d'Antin a lancé en 2014 une 
refonte de son offre de banque de détail avec à la clé une 
diminution de son réseau d'agences, dont le nombre a baissé de 
191 unités entre 2012 et fin 2015. 
    En Belgique, BNP Paribas Fortis a annoncé en décembre 2015 
que ses effectifs baisseraient de 1.050 postes pour être ramenés 
à 13.675 d'ici la fin 2018.  
    BNP a par ailleurs lancé en février un plan de 
transformation de sa banque de financement et d'investissement 
(BFI) avec des centaines de suppressions de postes en France 
mais aussi à l'étranger. 
    Reste que si de nombreuses banques européennes ont annoncé 
des plans de restructuration massifs ou l'abandon de pans 
entiers d'activités, BNP Paribas, à l'instar des autres 
établissements bancaire français, a pour l'heure décidé de 
réduire progressivement la voilure sans opérer de repli 
stratégique majeur. 
 
 (Stefano Bernabei à Rome, Julien Ponthus à Paris, édité par 
Marc Angrand et Véronique Tison) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danalias il y a un mois

    Synergie et Rentabilité