BNP Paribas vise croissance et économies pour 2014-2016

le
0
BAISSE DES RÉSULTATS DE BNP PARIBAS AU 4E TRIMESTRE
BAISSE DES RÉSULTATS DE BNP PARIBAS AU 4E TRIMESTRE

par Matthias Blamont et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - BNP Paribas entend travailler cette année à un programme de développement sur la période 2014-2016 avec l'Asie comme tête de pont, et cible deux milliards d'euros d'économies annuelles pour résister à un environnement toujours jugé difficile en Europe.

La banque française a fait état jeudi de résultats en baisse au titre du quatrième trimestre 2012, touchée comme ses concurrentes par des charges exceptionnelles, mais sa performance annuelle dépasse de très loin celle de sa grande rivale nationale Société générale.

Le titre BNP Paribas progressait de 3,2% à 47,34 euros à 13h30 à la Bourse de Paris, affichant l'une des meilleures performances de l'indice CAC 40. L'indice sectoriel des banques de la zone euro reculait de 1,2% au même moment.

Le marché a salué les projections à moyen terme du groupe.

"Nous estimons qu'une mise oeuvre réussie (des annonces de jeudi, NDLR) pourrait améliorer les résultats avant provisions de 14% par rapport à ceux de 2012", écrit Goldman Sachs dans une note de recherche.

BNP Paribas, dans un communiqué, souligne que "le groupe préparera en 2013 un plan de développement 2014-2016 (...) avec un objectif de présentation d'ensemble début 2014".

La banque entend mettre en place un nouveau programme d'économies baptisé "simple and efficient" et déployer parallèlement des plans de croissance par métier et par zone géographique, l'Asie-Pacifique étant la première région concernée.

Le programme "simple and efficient" prévoit des investissements de 1,5 milliard d'euros sur trois ans à compter de 2013, notamment dans l'informatique, pour simplifier les opérations de la BNP.

La banque, qui n'envisage pas de supprimer des lignes de métier, espère que ces dépenses permettront de dégager en retour des économies structurelles de deux milliards d'euros par an à partir de 2015.

En Asie, où BNP est essentiellement active dans la banque de financement et d'investissement et les solutions de placement, la direction veut porter ses revenus d'environ deux milliards d'euros actuellement à plus de trois milliards en 2016.

D'ici à trois ans, elle compte recruter 1.300 personnes dans la région.

La croissance devrait être organique, c'est du moins ce qu'indique le groupe. Au cours d'une interview accordée à Reuters Insider, le directeur général Jean-Laurent Bonnafé a déclaré qu'une acquisition n'était pas au programme "pour le moment."

EXCEPTIONNELS

Au quatrième trimestre 2012, le résultat net de BNP recule de 32,8% à 514 millions d'euros, tandis que le produit net bancaire marque une diminution de 3% à 9,4 milliards.

La banque a notamment été contrainte d'inscrire une charge de 286 millions d'euros liée à la réévaluation de sa dette et de passer des dépréciations de survaleur (goodwill) à hauteur de 298 millions en Italie.

Les analystes du consensus Thomson Reuters I/B/E/S prévoyaient en moyenne un résultat net d'un milliard d'euros et des revenus de 9,54 milliards.

La BNP a vu son coût du risque augmenter de près de 40% en fin d'année en Italie, signe de la dégradation de l'environnement économique dans le pays.

En France, où le produit intérieur brut s'est plus contracté que prévu au quatrième trimestre 2012 en partie sous l'effet d'un recul marqué de l'investissement, les provisions pour créances douteuses se sont maintenues à un "niveau bas" selon la direction du groupe bancaire.

Pressé de dire si BNP pourrait mener à bien son plan d'économies sans supprimer de postes, Jean-Laurent Bonnafé a répondu : "Nous verrons", avant d'ajouter que l'entreprise privilégierait avant tout les mobilités internes.

Le résultat net 2012 de BNP s'inscrit en hausse de 8,3% à 6,55 milliards d'euros, encore en deçà des 7,8 milliards atteints en 2010.

A titre de comparaison, le bénéfice net annuel de la Société générale a plongé de près de 68% l'an dernier, à 774 millions, tandis que celui de l'espagnole Santander, première banque de la zone euro par capitalisation, a chuté de 59% à 2,21 milliards d'euros.

BNP Paribas précise que son conseil d'administration proposera un dividende de 1,50 euro par action sur la base de ces résultats lors de l'assemblée générale du groupe le 15 mai.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant