BNP Paribas: Natixis toujours à l'achat après la BCE.

le
0

(CercleFinance.com) - Natixis confirme son conseil d'achat sur l'action du groupe bancaire BNP Paribas au lendemain des mesures supérieures aux attentes dévoilées par Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE). Ces mesures sont selon les analystes de nature à refinancer les banques dans de meilleures conditions. Mais Natixis estimant toujours que 'l'environnement actuel n'est pas propice à l'amélioration de la performance opérationnelle des banques', le bureau d'études focalise ses conseils d'achat sur les établissements aux fondamentaux les plus solides, dont BNP Paribas. Objectif de cours associé : 61,7 euros.

A la Bourse de Paris où l'indice CAC 40 prend près de 3%, l'action BNP Paribas s'adjuge 5,4% à 48,7 euros.

En effet, la BCE a largement dépassé les attentes des investisseurs hier en abaissant (encore) la plupart de ses taux directeurs, en augmentant de près du tiers l'enveloppe mensuelle de rachat d'actifs obligataires, dont l'univers d'investissement a été étendu, et en annonçant de nouveaux 'trains' de mesures de refinancement bancaires à long terme, les TLTRO.

'Si la baisse des taux d'intérêt devrait continuer à alimenter les inquiétudes du marché quant à l'évolution des marges des banques, la nouvelle série de TLTRO est de nature à neutraliser les ensions naissantes depuis le début de l'année sur l'accès à la liquidité notamment des banques périphériques', argumentent les spécialistes.

Dans le cas précis des établissements de crédit, “avec la nouvelle série de TLTRO, les banques pourront dans certaines conditions être payées pour prêter, ce qui traduit la volonté de la BCE de soutenir le financement de l'économie. Par ailleurs, la BCE estime que la série de TLTRO devrait permettre aux banques de faire face plus aisément aux remboursements des dettes obligataires arrivant à échéance en 2016 et 2017”, estime Natixis.

De plus, la BCE a estimé que des taux d'intérêts négatifs ne pénalisent pas l'activité des banques de la zone euro, en raison de la baisse des coûts de refinancement qui s'ensuit, de celle du coût du risque, et de la hausse de la valeur des obligations induite par la baisse des taux, d'où des plus-values. Même si cela vaut davantage pour l'activité de banque de financement et d'investissement que de celle de banque de détail.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant