BNP Paribas IP : approche conservatrice pour 2012

le
0
(NEWSManagers.com) -
Dans la zone euro, " les marchés font face à deux problèmes majeurs : une dégradation économique et une crise de la dette souveraine avec une crise bancaire en dommage collatéral" ... Dans son exposé sur les perspectives 2012, Vincent Treulet, head of investment strategy chez BNP Paribas IP, s'est montré très clair : " la crise actuelle est la conséquence d'un endettement excessif qui a pour conséquence de limiter le potentiel de croissance de la zone que la société de gestion voit à 0 % l'an prochain. De fait, la façon dont les pays vont gérer le problème de la dette va être cruciale." Et la zone euro est prise entre deux feux : soit elle assainit la situation mais peut connaitre des tensions sociales, de croissance et des problèmes politiques. Soit elle cherche des mécanismes d'évitement, via la création d'inflation par exemple. " Quoi qu'il en soit, a précisé Vincent Treulet, nous arrivons au bout d'un modèle" .


" Concernant la dette publique, on n'est pas allé jusqu'à la mutualisation" , constate-t-il également, " et les discussions actuelles des politiques européennes reviennent à élaborer une réponse politique en contrepartie d'une réponse économique qui reste à définir précisément" . Qu'il s'agisse de la possibilité pour la BCE d'intervenir en prêteur en dernier ressort ou de celle revenant à doter le FESF des moyens nécessaires pour remplir ce rôle? Vincent Treulet a aussi noté que tout cela n'avance que très lentement et que les marchés s'impatientent en attendant de voir une collectivisation des dettes européennes avec des contreparties politiques. Est-ce que cela mettra fin à la crise ? Il est sans doute trop tôt pour le dire. Mais si " le processus est lent, la volonté de transformation est positive" , a admis le responsable.


Hors d'Europe, Vincent Treulet a relevé des situations mitigées. Aux Etats-Unis, un ralentissement est perceptible mais la situation n'est pas dégradée. L'austérité n'étant pas vraiment appliquée, BNP Paribas table sur une croissance " molle" , de l'ordre de 2 %. La politique monétaire souple des Etats-Unis est un soutien à l'économie. Pour les pays émergents, il y a aussi un ralentissement et ce d'autant que certains d'entre eux, en proie à des tensions inflationnistes, ont procédé à une hausse des taux. " On est dans une logique d'affaiblissement de la croissance de milieu de cycle" , a précisé Vincent Treulet. " Dans ce cadre, des stimulis budgétaires sont possibles car la situation économique de ces pays est saine. En chiffres, BNP Paribas IP table sur une croissance moyenne de 6 % pour les marchés émergents.

Avec les 0 % attendu sur la zone euro, le taux de croissance américain et celui des pays émergents ne seront pas un soutien fort à l'appétit pour le risque des investisseurs. Aussi, un rally durable sur les marchés actions paraît improbable. Vincent Treulet préconise de fait pour le début 2012 une allocation d'actifs conservatrice. " Entre actifs risqués - peu goûtés - et valeurs refuge - aux faibles rendements, l'heure est aux alternatives" , a-t-il insisté. Sur les marchés émergents, les valorisations des actions ne sont pas très élevées. La dette en monnaie locale est également intéressante ? au détriment de celles des pays développés - mais dans une logique de " buy and hold" car les marchés se montrent volatils Enfin, le " high yield" fera également partie des thématiques jouées par BNP Paribas IP, à côté des thématiques diversifiantes comme l'or, les matières premières (pétrole et métaux) ou la recherche de rendement via entre autres des fonds monétaires dynamiques.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant