BNP Paribas et Albert Frère lorgnent CNP

le
0
L'établissement français et le milliardaire belge envisagent de mettre la main sur les parts minoritaires de la Compagnie nationale à portefeuille (CNP) pour 1,5 milliard d'euros. CNP sortirait de la cote et la galaxie Albert Frère pourrait se réorganiser.

BNP Paribas poursuit ses emplettes. Alors que la banque française est devenue le deuxième établissement bancaire européen suite au rachat de Fortis au plus fort de la crise, elle s'associe à une société contrôlée par le financier belge Albert Frère pour lancer une offre publique d'achat de 1,5 milliard d'euros sur les parts minoritaires de la Compagnie nationale à portefeuille (CNP), selon les autorités belges. BNP Paribas et Albert Frère détiennent déjà, directement ou via leur holding conjointe Erbe, 67,3% de CNP.

En termes financiers, l'offre est lancée par la société Fingen, contrôlée totalement par Erbe, et porte sur les 28,3% du capital de CNP actuellement aux mains d'investisseurs minoritaires (les 4,4% restants sont autodétenus par CNP). Selon la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) belge, Fingen propose 48,64 euros par action CNP, cotée sur l'indice BEL 20 belge. L'action CNP ayant clôturé jeudi à 40,31 euros à la Bourse de Brux

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant