BNP Paribas a-t-elle berné des milliers d'épargnants ?

le
8
BNP Paribas a-t-elle berné des milliers d'épargnants ?
BNP Paribas a-t-elle berné des milliers d'épargnants ?

Les brochures publicitaires de garantie Jet 3 leur laissaient espérer rien de moins que le triplement de leur capital en dix ans. Alléchant non ? Mais à l'arrivée, ce placement, lancé à l'été 2001 par BNP Paribas, s'est révélé être un espoir déçu pour ses milliers de souscripteurs. C'est aujourd'hui que la banque est fixée sur son sort. Poursuivie pour pratique commerciale trompeuse devant le tribunal correctionnel de Paris, elle risque, entre autres, 100 000 € d'amende.

Car la vente de ce fonds auprès de ses clients en quelques semaines seulement se voulait très optimiste. Les avions Jet de la Patrouille de France bien en évidence sur les brochures publicitaires étaient là pour convaincre les éventuels sceptiques que leur épargne allait « décoller »... A condition qu'un panier d'actions choisi par l'établissement franchisse un certain palier de hausse. En outre, la banque assurait qu'au pire les épargnants récupéreraient leur capital de départ.

«C'est une grosse escroquerie»

Mais dix ans plus tard, aucune de ces belles promesses ne s'est concrétisée. Non seulement le triplement des mises ne s'est jamais produit, balayé par la crise financière de 2008 et le krach boursier qui s'est ensuivi, faisant chuter certains titres de plus de 40 %. Mais les épargnants constatèrent avec amertume que leur mise initiale avait été amputée d'environ 10 %, partis dans différents frais. Des sommes colossales. Avec ses quelque 11 000 souscripteurs qui avaient mordu à l'hameçon à hauteur de 362 M€, BNP Paribas et sa filiale d'assurance vie Cardif ont empoché durant toutes ces années autour de 20 M€ au titre des frais d'entrée et de gestion. Henri* fait partie des clients lésés. Chef d'entreprise dans l'informatique, il avait placé 200 000 € dans ce qu'on lui avait présenté « en trois minutes sur un coin de table » comme « l'affaire du siècle ». Mais elle s'est transformée en cauchemar. Au bout de dix ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • y.batard il y a 12 mois

    "je n'ai qu'un ennemi"...heureusement qu'il n'a pas qu'une parole !ah les banques et leur sens du bien commun...ah les politiques et leur agenouillement devant la banque...ah l'or et l'argent pour diversifier ces avoirs et réduire son exposition aux banksters !!

  • winloto il y a 12 mois

    100k€ d'amende pour BNP, lol, c ENORME, comment vont-il faire, peut-être depot de bilan ? mdr. Sacrés plaisantins en France.

  • M6235837 il y a 12 mois

    Rien de nouveau en france....suis cgp et chaque semaine un nouveau client avec des produits à dormir debout ou mieux encore des contrats d'assurance vie ou autres dont ils ignoraient jusqu'à l'existence même....et nous on nous emm....avec des procédures que les banques n'appliquent même pas....rien de plus à dire, bonne journée à tous et toutes

  • terater il y a 12 mois

    BNP+SG il faut fusionner ces 2 établissements magouilleurs. Welcome in Panamagouille ! Ils s'en mettent plein les ....?

  • j.sallio il y a 12 mois

    Ce devait être une question en rapport au "trust" et les multitude d'agence à l'international et plus précisément dans les paradis fiscaux

  • j.sallio il y a 12 mois

    Puiser dans les fonds propres de la banque pour honorer les engagements qu'elle a pris auprès des épargnants. Si elle a agit comme un es-croc elle doit en payer le pris.Je me souviens d'une vidéo sur le questionnement de Beaudoin Prot directeur de BNP sur la détention par BNP de sociétés dans les paradis fiscaux sur des montages financiers que le journaliste voulait avoir des explication. Le directeur à ete évasif à une question plus que gênante.

  • vnetter il y a 12 mois

    La BNP agit pour faire du bien à ses dirigeants, pas à ses clients.

  • M4189758 il y a 12 mois

    JPi - Si l'état intervient encore (c'est à dire nous) pour aider cette banque...le FN est proche.