BMC Software cédé pour près de 7 milliards de dollars

le
0
BMC Software cédé pour près de 7 milliards de dollars
BMC Software cédé pour près de 7 milliards de dollars

Le groupe américain de logiciels BMC Software va quitter la Bourse après un accord annoncé lundi qui prévoit son rachat par plusieurs fonds pour près de 7 milliards de dollars, cédant à la pression d'un investisseur.Cette décision a été revendiquée comme une victoire par le fonds spéculatif Elliott, qui était devenu un actionnaire important de BMC Software il y a un an et faisait depuis campagne pour qu'il vende tout ou partie de ses activités.Le fonds Elliott est actuellement sur le devant de la scène pour les poursuites qu'il mène contre l'Argentine, qu'il veut forcer à rembourser à 100% de la dette remontant à son défaut de paiement en 2002, malgré un accord de paiement partiel signé avec la quasi-totalité des autres créanciers.Le rachat annoncé lundi prévoit qu'un groupe d'investisseurs réunissant Bain Capital, Golden Gate Capital, GIC et Insight Venture Partners rachète BMC Software pour 46,25 dollars en numéraire par action.L'accord prévoit la recherche, pendant une période d'un mois, d'éventuelles meilleures offres de rachat. Si aucune ne se dégage, et sous réserve de l'obtention des feux verts nécessaires, l'opération devrait être bouclée dans le courant de l'année."Devenir une entreprise non cotée apportera davantage de flexibilité et nous mettra en position d'investir plus stratégiquement", a fait valoir le PDG de BMC, Bob Beauchamp, cité dans un communiqué.L'opération, qui a reçu le soutien du conseil d'administration du groupe, "fournit aux actionnaires une valeur immédiate et importante en numéraire, ainsi qu'une prime comparé à notre cours de Bourse", a souligné M. Beauchamp.Le titre BMC Software avait clôturé vendredi soir à 45,42 dollars. Il grappillait 0,17% à 45,50 dollars vers 15H05 GMT lundi sur la Bourse électronique Nasdaq.Elliott, qui détient 9,6% du capital, a "applaudi" un accord permettant de "maximiser la valeur pour les actionnaires", et s'est...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant