Blue Solutions: vers une normalisation du statut boursier ?

le
0

(CercleFinance.com) - Entrée en Bourse voilà deux ans et demi environ, l'action Blue Solutions, la filiale “batteries” du groupe Bolloré, a connu des débuts tonitruants. Mais ces derniers ont ensuite fait place à une longue érosion qui, à ce jour, a ramené le titre non loin de son cours d'introduction. Notons que cette valeur de croissance, qui a dégagé un bénéfice symbolique en 2015, voit l'un des ses ratios boursiers, son PER, se normaliser à partir de 2017.

Rappel des épisodes précédents : avec tambours et trompettes, le groupe Bolloré a introduit en Bourse Blue Solutions, filiale dédiée à sa technologie propriétaire de batteries dite lithium-métal-polymère (LMP), à l'automne 2013. A partir d'une fourchette estimative qui allait de 12 à 14,5 euros, et en raison d'une sursouscription massive, le titre a finalement été introduit à 14,5 euros. Il faut dire que seule une petite fraction du capital a été proposée au public, le flottant actuel se limitant d'ailleurs à 11% environ.

Dès ses premiers pas en Bourse, l'action a connu une envolée qui l'a propulsée, début juillet 2014, jusqu'à plus de 40 euros. Mais cette belle progression a été suivie d'une érosion aussi lente que continue : le 25 février, un point bas de 14,25 euros a été atteint et le titre n'en a guère décollé depuis lors. Ce 1er avril, il s'échange 15,30 euros.

Pourtant l'an dernier, Blue Solutions a enregistré un CA de 122 millions en forte hausse de 25%. Facteurs explicatifs : davantage de livraisons de batteries à Bluecar (2.220 contre 2.204 en 2014), qui commercialise les véhicules électriques du groupe Bolloré. Sans oublier celles à Bluestorage (508 unités contre 280), notamment pour des projets de stockage d'électricité du groupe Bolloré en Afrique. Bref, Blue Solutions a presque livré 3.000 batteries en 2015, contre 2.396 l'année précédente.

De ce fait, le résultat opérationnel, qui était négatif à hauteur de 6 millions en 2014, est passé dans le vert en 2015 (+ 3 millions). Et le groupe a même dégagé un résultat net part du groupe de 20.000 euros, un chiffre symbolique qui traduit cependant ses premiers profits. Et le bilan est toujours sain, avec un 'gearing' limité 14% des fonds propres.

En outre, Blue Solutions se veut optimiste en pariant sur de nombreux projets industriels avec des constructeurs automobiles comme Peugeot, l'autopartage, le 'Bluetram' (un bus électrique à biberonnage), etc. Sa direction compte ainsi livrer de 3.000 à 4.000 batteries en 2017, puis de 5.000 à 6.000 par an en 2018 et 2019.

Bref, la croissance devrait rester de mise et, avec elle, le levier sur la rentabilité : d'ailleurs, le consensus actuel compilé par FactSet table sur 10 millions d'euros de résultat net en 2016 avant 32 millions en 2017.

Reste un problème de valorisation de ce groupe étroitement lié, tant en termes capitalistiques qu'industriels, à sa maison mère : sa valeur boursière, qui atteint 442 millions d'euros, dénote d'un PER 2016 élevé de 43,8 fois.

Cependant, on peut éventuellement considérer l'exercice en cours comme une phase de retournement. Car en 2017, le bénéfice par action estimé à ce jour à 1,10 euro renvoie à un PER mesuré d'à peine 14 fois. Peut-être Blue Solutions est-elle une valeur de croissance en voie de normalisation.

Prochaine date inscrite sur l'agenda du groupe : l'AG des actionnaires, le 3 juin prochain.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant