Bloquer des sites de streaming, goutte d'eau dans l'océan du piratage

le
0
Bloquer des sites de streaming, goutte d'eau dans l'océan du piratage
Bloquer des sites de streaming, goutte d'eau dans l'océan du piratage

La décision de la justice française de bloquer plusieurs sites de streaming diffusant illégalement des oeuvres est une première dans l'Hexagone mais une goutte d'eau dans l'océan du piratage. Appliquant pour la première fois en France la loi anti-piratage de 2009, dite "loi Hadopi", le tribunal a demandé aux fournisseurs d'accès internet de bloquer plusieurs sites qui diffusent illégalement des séries ou des films, dont Allo Streaming et DP Stream. Mais depuis le début de la procédure, en 2011, la plupart de ces sites ont fermé, avec l'apparition de nouveaux sites aux noms très proches.Cette décision, très attendue par les ayants droit, va plus loin que la seule pratique actuelle, consistant à demander aux moteurs de recherche de déréférencer des pages. Google a reçu en 2013 plus de 200 millions de demandes de blocage de pages, selon une compilation du site TorrentFreak, quatre fois plus qu'en 2012. Google répond positivement à 99% de ces demandes, en quelques heures. Mais ce chiffre est à confronter aux quelques 60 milliards de milliards de pages internet -- soit une page sur 100 milliards.De plus, la page n'est pas supprimée : il suffit de taper directement son adresse pour la retrouver. Faire bloquer la page par les fournisseurs d'accès internet est donc bien plus efficace, sauf si un site similaire peut se recréer dans l'heure et qu'il faut à nouveau deux ans de procès pour la bloquer. L'enjeu de cette décision, a souligné l'association La Quadrature du Net, est donc de savoir si la justice française autorisera les ayants droit à demander directement à un fournisseur d'accès de bloquer un site qu'ils jugeraient illégal, sans passer par un juge. Sur ce point la décision est ambigüe, car si elle a exclu pour l'instant cette possibilité, elle évoque de possibles accords en ce sens. "Cela ouvre la voie à la censure privée du net", s'est inquiétée La Quadrature du Net, qui prédit l'apparition de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant