Bloctel, la liste anti-démarchage téléphonique, entre en service

le
2
Bloctel, la liste anti-démarchage téléphonique, entre en service
Bloctel, la liste anti-démarchage téléphonique, entre en service

Pour en finir avec les vendeurs de fenêtres, de vins ou autres les maisons de crédit qui vous démarchent par téléphone ? Le nouveau service d'opposition au démarchage téléphonique, Bloctel, mis en place par le gouvernement à la suite de la loi Consommation, entre en service ce mercredi. 

 

«Les consommateurs peuvent dès aujourd'hui inscrire leurs numéros de téléphone, fixe ou portable, sur Bloctel», a indiqué la secrétaire d'Etat à la consommation. 

 

L'inscription sur cette liste, qui permet de s'opposer au démarchage téléphonique, se fait sur le site www.bloctel.gouv.fr et doit être confirmée par courriel.

 

Les consommateurs intéressés créent leur compte personnel sécurisé, sur lequel ils peuvent ajouter ou supprimer des numéros, renouveler leurs inscriptions, et procéder à un signalement ou une réclamation.

 

En cas de difficulté d'accès à internet, le consommateur peut s'inscrire par courrier.

 

 

Nouveau levier de croissance pour les entreprises commerciales, le télémarketing explose. Les plates-formes qui le pratiquent sont capables de solliciter des millions de personnes pour promouvoir les services ou produits d'un client. Dans une étude publiée le magazine « En contact », spécialiste des relations clients, révèle les excès du système et les limites de la réforme.

 

Pour cela, il a surveillé durant six mois une centaine de numéros fixes et mobiles. Parmi les sociétés à l'origine des campagnes d'appels les plus intensives, SFR arrive en tête (jusqu'à quatre appels reçus par semaine), selon le magazine. Viennent ensuite Engie (ex-GDF Suez) et Canal +.

 

La protection contre le démarchage téléphonique est effective dans un délai de 30 jours et valable pour une durée de 3 ans renouvelable.

 

«Bloctel est un service simple, gratuit et efficace qui répond à cette attente», a ajouté  Martine Pinville, la sécrétaire d'Etat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c il y a 6 mois

    On peut déjà affirmer que c'est du foutage de gueu le et que cela ne changera rien du tout. Vu les tarifs demandés pour consulter les listes (300 € + 600 € + 7500 € annuels), les entreprises on intérêt à continuer le démarchage sans s'occuper des listes et ce d'autant plus qu'ils appellent en numéro bidon et ne donnent jamais le nom de leur société! Si vous demandez le nom de la société, ils raccrocheront et votre signalement/réclamation ne sera pas recevable ou sans effet!

  • e_remond il y a 6 mois

    Si c'est aussi efficace que son prédécesseur on a pas fini d'être encore E M..........E R